NOUVELLES

Le président d'Atletico Mineiro furieux contre Anelka et son frère

16/04/2014 04:44 EDT | Actualisé 16/06/2014 05:12 EDT

Le président du club brésilien de l'Atletico Mineiro, furieux de l'imbroglio Anelka, a réagi mercredi en traitant "d'escroc" le frère de l'attaquant français et en assurant qu'il saisirait la Fifa pour se faire rembourser les frais engagés.

Après des jours de suspense, le club brésilien a annoncé mardi soir avoir renoncé à recruter l'ancien international français, dont il avait formellement annoncé la venue le 5 avril.

Anelka a réagi mercredi, parlant dans une vidéo sur son compte Facebook d'une "histoire fantastique". Le joueur, "en visite religieuse" au Koweit, assure ne s'être jamais engagé avec le club brésilien.

Cette réponse a visiblement ulcéré le président de l'Atletico Mineiro, Alexandre Kalil, qui a livré à des journalistes brésiliens une version diamétralement opposée.

"Comme hier, nous lui avons donné un coup de pied au cul, que nous l'avons envoyé planter des patates ailleurs, il a dit que tout n'était que fantaisie", a-t-il affirmé. La vidéo publiée par Anelka le montre toutefois devant un programme de télévision daté du 8 avril.

"Nous allons montrer qu'il n'y avait rien de fantaisiste, parce que nous avons tout signé. Nous allons saisir la Fifa. Il va devoir payer tout ce que nous avons dépensé en voyages et en hébergement", a ajouté le président.

Si rien n'était sérieux, a-t-il poursuivi, "alors le frère (d'Anelka, ndlr) est un escroc. Parce qu'il est venu ici et a même abordé le sujet de sa commission. Mais nous n'avons pas payé. La commission devait être payée en partie cette année et en partie l'an prochain".

"Généralement, quand c'est le frère d'un joueur qui est impliqué, c'est en tout cas l'expérience que j'ai avec Ronaldinho, vous pensez que c'est du sérieux", a-t-il conclu.

Dans sa vidéo depuis le Koweït, Anelka, licencié par le club anglais de West Bromwich Albion à la suite de sa "quenelle", ce geste considéré par certains comme antisémite pour fêter un but le 28 décembre, a expliqué avoir "reçu une offre de ce club" brésilien, mais "par l'intermédiaire d'un agent".

"Donc déjà je n'ai jamais parlé avec ce président, je n'ai jamais parlé avec une personne de ce club, l'offre je ne l'ai jamais acceptée", a-t-il conclu.

pal/gv

PLUS:hp