NOUVELLES

La Chine défend sa politique sur le yuan face aux critiques des Etats-Unis

16/04/2014 07:57 EDT | Actualisé 16/06/2014 05:12 EDT

Pékin a défendu mercredi sa politique sur le yuan et ses réformes autorisant des fluctuations accrues de la devise, au lendemain d'un rapport du Trésor américain qui dénonçait une sous-évaluation "considérable" de la monnaie chinoise.

Ce rapport sur la politique de change des grands partenaires commerciaux des Etats-Unis déplore qu'après un renchérissement du yuan l'an dernier, "la tendance se soit inversée" et s'inquiète d'une possible "résistance" de Pékin à l'appréciation du renminbi (autre nom du yuan).

Depuis le début de l'année, le yuan a perdu environ 2,7% par rapport au dollar, effaçant donc en grande partie ses gains de 2013, année où il s'était apprécié de quelque 3%.

"Notre position est que la Chine va poursuivre ses réformes des mécanismes du taux de change du renminbi. Cette position ne changera pas", a affirmé Hua Chunying, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

"Nous espérons que les Etats-Unis pourront mener des efforts concertés avec la Chine pour améliorer les relations commerciales et les flux d'investissements bilatéraux", a-t-elle ajouté, à l'occasion d'un point presse régulier.

Tout en s'abstenant d'accuser Pékin de manipuler sa monnaie, le gouvernement américain s'inquiète de voir la Chine maintenir sa monnaie à un niveau artificiellement bas afin de doper les exportations du pays.

Soucieuses de prévenir des flux de liquidités incontrôlés en dehors du pays, les autorités communistes encadrent en effet étroitement les fluctuations de la monnaie chinoise, condamnée à évoluer au sein d'une fourchette déterminée par la banque centrale (PBOC).

Celle-ci a cependant élargi mi-mars cette marge de fluctuation journalière du yuan par rapport au dollar, autorisant la devise à évoluer de 2%, contre 1% auparavant, de part et d'autre d'un niveau médian ajusté chaque jour.

Le gouvernement chinois a par ailleurs affiché à plusieurs reprises au cours de l'année passée son intention de se diriger à terme vers une libre convertibilité de la monnaie.

Le rapport du Trésor américain a pris acte de ces avancées, y voyant "une opportunité (pour les autorités chinoises) de réduire leurs interventions et d'autoriser le marché à jouer un rôle plus décisif dans la détermination du taux de change" du renminbi.

Washington réclame en outre davantage de transparence de la part de la Chine sur ses activité sur le marché des changes, citant l'exemple d'autres grands pays émergents, de la Russie au Brésil, qui contrairement à Pékin, publient leurs interventions.

fms-jug/ple/fw

PLUS:hp