NOUVELLES

Japon: MtGox, la plateforme d'échange de bitcoins, placée sous administration judiciaire (avocat)

16/04/2014 10:05 EDT | Actualisé 16/06/2014 05:12 EDT

MtGox, la plateforme japonaise d'échange de monnaie virtuelle bitcoin qui a déposé le bilan en février au Japon, a été placée mercredi sous administration judiciaire, a annoncé son directeur général.

"Le tribunal de Tokyo a décidé de rejeter la demande pour entamer une procédure de redressement civil" et un administrateur provisoire, Nobuaki Kobayashi, a été nommé, selon un communiqué du patron de l'entreprise, le Français Mark Karpelès.

"En tant qu'administrateur provisoire, je vais gérer les actifs de la société sous la supervision de la Cour de district de Tokyo", a déclaré le nouvel administrateur dans un communiqué posté sur le site internet de MtGox.

"Je m'efforcerai de le faire équitablement à la fois sur le plan national et international, en essayant d'utiliser certaines procédures étrangères, y compris via le chapitre 15 aux États-Unis", a-t-il ajouté.

Le placement sous administration judiciaire signifie que MtGox ne paraît pas en mesure de se redresser, compte tenu d'une part de la complexité des procédures quand le nombre de créanciers atteint 127.000 personnes disséminées à travers le monde, et d'autre part du fait de l'absence de plan d'avenir jugé crédible, selon des sources citées dans la presse.

MtGox avait stoppé ses transactions courant février, après avoir selon son patron été victime d'une attaque informatique massive qui aurait entraîné la disparition de 750.000 bitcoins de clients et 100.000 détenus par la société. Quelque 200.000 ont toutefois été retrouvés plus tard.

Aux Etats-Unis, MtGox bénéficie depuis le 11 mars de la protection du chapitre 15 prévue par le code américain pour les sociétés étrangères. Il protège les actifs aux Etats-Unis des entreprises étrangères faisant l'objet d'une procédure d'insolvabilité dans leur pays d'origine, et empêche leur saisie par des créanciers.

La société MtGox fait en outre l'objet d'un recours collectif intenté devant le tribunal de l'Illinois le 27 février par un Américain, Gregory Greene, qui s'estime lésé du fait des "actions trompeuses et illégales de MtGox", selon un document judiciaire.

L'avenir de l'entreprise est désormais entre les mains de la justice. En théorie une procédure de faillite devrait être ordonnée, mais le sort de l'activité des échanges de bitcoins reste indéfini.

"Cela sera décidé en prenant en considération les diverses questions, dont celle d'un éventuel candidat repreneur et, le cas échéant, la façon de lui transférer l'activité", a expliqué M. Kobayashi.

L'institut nippon qui recense les défaillances d'entreprises Teikoku Databank a estimé le passif de MtGox à environ 6,5 milliards de yens (46 millions d'euros).

Il y a un "très grand nombre" de créanciers potentiels, a rappelé M. Kobayashi, soulignant qu'il risque d'être difficile pour chacun d'eux de récupérer son argent.

"S'il vous plaît noter que, même si vous vérifiez votre solde sur le site Web de la société, cela ne signifie pas pour autant qu'elle vous reconnaît comme un créancier", prévient la déclaration de M. Kobayashi.

"Il n'est pas assuré que le solde que vous pouvez confirmer sera intégralement retenu comme dû dans sa totalité dans le cadre d'une procédure de faillite", est-il encore précisé.

Cependant, M. Kobayashi promet que les créanciers japonais, au nombre d'environ un millier, ne seront pas jugés prioritaires devant ceux, bien plus nombreux, qui vivent à l'étranger .

burs-fmp-kap/fw

PLUS:hp