NOUVELLES

Ebola: le Liberia se dote d'un laboratoire d'analyse grâce aux Etats-Unis

16/04/2014 06:55 EDT | Actualisé 16/06/2014 05:12 EDT

Le Liberia s'est doté, avec l'appui des Etats-Unis, d'un laboratoire d'analyse de virus Ebola, hautement contagieux, à l'origine d'une partie de l'épidémie de fièvre hémorragique en cours dans le pays et en Guinée voisine, a annoncé mercredi le ministre libérien de la Santé.

Lorsque les cas suspects de fièvre hémorragique ont été signalés au Liberia, "nous n'avons pas pu diagnostiquer nous-mêmes la maladie et nous envoyions des gens en Guinée. Grâce à l'aide des Etats-Unis et de MSF (Médecins sans frontières, ONG), nous avons maintenant notre propre laboratoire", a déclaré le ministre Walter Gwenigale à l'antenne des médias publics.

M. Gwenigale, qui s'exprimait lors d'une visite du site avec quelques journalistes, a expliqué que la structure a été installée à Smell-No-Taste, localité à 50 km de Monrovia, la capitale, avec l'aide du ministère américain de la Défense qui a lui-même sollicité une société privée.

Il n'a pas fourni de détails, notamment les investissements consentis.

La Guinée fait face à une épidémie de fièvre hémorragique virale, avec 168 cas dont 108 mortels enregistrés depuis le début de l'année. Sur ces 168 cas, 71 ont été confirmés par des analyses en laboratoire comme étant dus à Ebola, selon le dernier bilan communiqué lundi par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Le virus Ebola s'est propagé au Liberia où six cas ont été confirmés sur 26 cas suspects de fièvre hémorragique, dont 13 mortels, d'après l'OMS.

Désormais, a dit le ministre Walter Gwenigale, les échantillons "pourront être examinés ici (à Smell-No-Taste). Nous allons installer un autre laboratoire à Foya", district de la région de Lofa (nord du Liberia) où ont été signalés les premiers cas de fièvre hémorragique.

Aucune indication supplémentaire n'a été fournie.

zd-cs/jr

PLUS:hp