NOUVELLES

Découverte du plus ancien ancêtre des herbivores

16/04/2014 07:53 EDT | Actualisé 16/06/2014 05:12 EDT

Des paléontologues ont mis au jour le plus ancien ancêtre des herbivores, vieux de 300 milllions d'années, qui apporte un éclairage sur l'apparition de ce mode d'alimentation animale déterminant pour l'évolution de l'écosystème terrestre d'aujourd'hui.

Le fossile partiel de cet animal, Eocasea martini, qui mesurait moins de 20 centimètres de long, représente "le premier lien entre les carnivores et les herbivores", explique à l'AFP le paléontologue Robert Reisz, professeur à l'Université de Toronto au Canada, principal auteur de cette découverte relatée mercredi dans la revue américaine PLOS ONE.

Le squelette de l'Eocasea, encore carnivore, présentait certaines caractéristiques qui l'apparentaient étroitement à une lignée d'herbivores, précise-t-il, indiquant que seuls une partie du crâne, l'essentiel de la colonne vertébrale, le pelvis et une patte arrière ont été retrouvés dans le Kansas.

Cet animal qui vivait 80 millions d'années avant l'apparition des dinosaures, faisait partie du groupe des synapsides qui inclut les premiers herbivores terrestres et les grands prédateurs, ancêtres des mammifères modernes.

Avant l'émergence des herbivores, peu après l'Eocasea, les animaux terrestres, tous carnivores, se mangeaient entre eux ou consommaient des insectes. L'apparition des herbivores "a été une révolution de la vie sur la Terre car cela a signifié que les vertébrés ont pu avoir accès directement aux vastes ressources alimentaires offertes par les végétaux", souligne le chercheur.

A leur tour ces herbivores qui se sont multipliés et grossi, sont devenus une source importante de nourriture pour les grands prédateurs, ajoute-t-il.

Ainsi l'Eocasea a été le premier animal à amorcer un processus qui a résulté dans l'écosystème terrestre actuel dans lequel il y a un grand nombre d'herbivores assurant l'apport alimentaire d'un nombre de plus en plus faible de grands prédateurs, note le professeur Reisz.

Ce phénomène s'est produit ensuite séparément dans d'autres groupes d'animaux au moins à cinq reprises, précise-t-il.

"Une fois que la voie vers le mode d'alimentation herbivore a été ouverte par l'Eocasea (...) de multiples groupes d'animaux n'ont cessé d'évoluer pour développer les mêmes traits", permettant de digérer la cellulose, un glucide, principale source d'énergie fournie par les plantes.

"Les premiers dinosaures étaient tous carnivores avant qu'un grand nombre ne deviennent herbivores", dans le cours de l'évolution, relève le scientifique. Mais, avoue-t-il, "on ne comprend pas pourquoi cette évolution de carnivore à herbivore ne s'est pas produite plus tôt ainsi que les raisons pour lesquelles elle s'est produite séparément dans plusieurs lignées animales".

Jörg Fröbisch, un paléontologue du "Museum für Naturkunde" et de de l'Université Humboldt à Berlin, est le co-auteur de ces travaux.

js/mdm

PLUS:hp