NOUVELLES

Affaire Pistorius : la juge ajourne le procès pour deux semaines

16/04/2014 03:11 EDT | Actualisé 15/06/2014 05:12 EDT

Les avocats qui défendent Oscar Pistorius dans le cadre de son procès pour meurtre ont tenté, mercredi, de freiner la lancée de la poursuite, ce qui n'a pas empêché le procureur en chef d'attaquer sans merci les compétences et les conclusions de l'expert légiste embauché par la défense.

Au terme d'un contre-interrogatoire pénible de cinq jours de leur client par Me Gerrie Nel, les avocats de Pistorius ont tenté de remettre sur les rails sa version des événements, à savoir qu'il a abattu sa petite amie Reeva Steenkamp par erreur le matin du 14 février 2013, mais Me Nel a fortement contesté leur expert.

Roger Dixon, un ancien policier maintenant géologue légiste à l'Université de Pretoria, a contredit certaines parties des témoignages d'un expert en balistique de la police et du médecin légiste qui a examiné le corps de Mme Steenkamp. M. Dixon a toutefois dû admettre qu'il ne possède pas d'expertise concernant certains aspects de son propre témoignage, notamment l'éclairage, le son et la balistique.

Me Nel s'est parfois fait sarcastique lors de son interrogatoire de M. Dixon, le soumettant au même traitement que celui qu'il avait réservé à Pistorius et qui avait souvent laissé le champion paralympique confus et incapable de répondre clairement.

M. Dixon a notamment affirmé qu'il a participé à des tests qui démontreraient que le son d'un coup de feu et celui d'un maillet de cricket frappant la porte de la salle de bain sont très similaires. Cette différence est importante puisque plusieurs témoins disent avoir entendu Mme Steenkamp crier avant que Pistorius ne tire, tandis que les avocats de l'athlète prétendent que c'est plutôt lui qu'ils ont entendu crier pendant qu'il tentait de défoncer la porte, après avoir réalisé son erreur.

Mais en réponse aux questions de Me Nel, M. Dixon a dû reconnaître que sa contribution à ce test avait été de frapper une porte avec un maillet, et que l'enregistrement avait été réalisé par un producteur musical qui n'a aucune expérience dans l'enregistrement de coups de feu. « J'utiliserais le terme "conclusions" très prudemment », a lancé Me Nel.

Après les audiences de mercredi, le procès a été ajourné pendant plus de deux semaines; il ne reprendra que le 5 mai, à Pretoria. La juge Thokozile Masipa a annoncé sa décision mercredi, se rendant ainsi à une demande d'ajournement du procureur en chef, Gerrie Nel, qui avait été préalablement acceptée par la défense.

Le procès d'Oscar Pistorius, qui est accusé du meurtre prémédité de sa conjointe, Reeva Steenkamp, a commencé le 3 mars dernier. La juge Masipa a dit avoir constaté que les audiences avaient jusqu'ici été plus longues que ce qu'elle avait prévu.

L'avocat de la défense, Barry Roux, a déjà annoncé qu'il convoquerait entre 14 et 17 témoins à la barre. Seulement trois ont été entendus jusqu'à présent.

Pistorius maintient depuis le début qu'il croyait avoir affaire à un cambrioleur quand il a ouvert le feu dans sa résidence. Il est passible d'une peine de 25 ans de prison s'il est reconnu coupable de meurtre.

PLUS:rc