NOUVELLES

Ukraine : ceux qui ne déposent pas les armes seront "liquidés" (général)

15/04/2014 11:10 EDT | Actualisé 15/06/2014 05:12 EDT

Les séparatistes pro-russes et les membres des services secrets russes opérant en Ukraine qui ne déposeront pas les armes seront "liquidés", a déclaré à des journalistes dans l'est de ce pays le général Vassyl Kroutov, qui commande l'opération "antiterroriste".

"Il faut les avertir et s'ils ne déposent pas les armes, on va les liquider", a affirmé le général, numéro deux des services de sécurité ukrainiens (SBU) et commandant du centre antiterroriste du SBU, rencontré près de la ville d'Izioum, à une quarantaine de kilomètres au nord de Slaviansk, passée samedi sous le contrôle d'hommes en armes sans identification.

Le général Kroutov a affirmé que ces hommes non identifiés faisaient partie des "troupes spéciales du GRU (renseignement militaire russe, NDLR) qui ont une grande expérience des conflits". C'est "un ennemi difficile", a-t-il reconnu.

Il s'est refusé à dire combien de militaires russes faisaient face aux forces loyalistes, mais a assuré que "rien qu'hier (lundi) plus de 300 sont arrivés dans la région, la plupart étant déployés à Slaviansk".

L'opération déclenchée par le gouvernement pro-européen de Kiev pour désarmer les pro-russes dans l'est de l'Ukraine et libérer les bâtiments qu'ils occupent dans plusieurs villes est difficile à réaliser car "l'agresseur utilise les populations civiles comme bouclier", a ajouté le général Kroutov.

"Cela rend notre opération très difficile à mettre en oeuvre, dans la mesure où nous ne voulons pas toucher les civils", a-t-il indiqué.

Le général Kroutov n'a pas voulu préciser le nombre des militaires et des policiers engagés dans cette opération, précisant seulement qu'étaient impliquées des unités de l'armée, des services secrets et de la police.

Derrière le général, une partie du dispositif déployé dans le cadre de l'opération était visible : deux hélicoptères, une quarantaine de blindés légers et de chars, une dizaine d'autocars transportant les troupes spéciales du SBU, et quelque 200 parachutistes et policiers.

Une série d'insurrections pro-russes dans plusieurs villes de l'est, menées soit par des manifestants soit par des groupes armés non-identifiés, fait peser la menace d'un éclatement de l'Ukraine.

Les militants pro-russes exigent un référendum pour obtenir l'autonomie des régions russophones, au sein de l'Ukraine, ou le rattachement à la Russie.

La Russie a mis en garde son voisin contre tout usage de la force contre les insurgés.

nm-so/neo/bds

PLUS:hp