NOUVELLES

Soudan du Sud: combats à Bentiu, les rebelles demandent la fermeture des puits de pétrole

15/04/2014 08:53 EDT | Actualisé 15/06/2014 05:12 EDT

Les rebelles sud-soudanais ont affronté mardi les troupes gouvernementales dans la ville pétrolière et stratégique de Bentiu, exigeant que les compagnies arrêtent la production et tentant de s'emparer des champs pétroliers.

Le porte-parole des rebelles Lul Ruai Koang a affirmé qu'ils s'étaient emparés de la ville, l'une des régions les plus aprement disputées dans ce conflit qui dure depuis quatre mois, mais l'armée a démenti.

"la reprise de Bentiu marque la première étape de la libération des champs pétroliers", a déclaré M. Koang dans un communiqué.

Le porte-parole de l'armée, Philip Aguer, a confirmé des combats dans la ville mais assuré que celle-ci n'était pas tombée.

"Il y a eu de durs combats, mais ils se poursuivent (...) les rebelles ont essayé de pénétré dans une partie de la ville mais ils sont en train d'être repoussés", a-t-il déclaré à l'AFP.

L'ancien vice-président devenu chef de la rébellion Riek Machar a déclaré dans une interview exclusive à l'AFP qu'il voulait s'emparer de la capitale Juba et de champs pétroliers, prévenant que la guerre civile ne s'arrêtera pas avant la chute du président Kiir.

Les rebelles ont lancé mardi un ultimatum aux compagnies pétrolières pour stopper la production.

Avant le déclenchement des combats, le pétrole représentait 95% du budget de la jeune nation, créée en 2011.

Les forces rebelles "exhortent toutes les compagnies pétrolières travaillant dans des zones contrôlées par le gouvernement à commencer immédiatement l'arrêt de la production et à évacuer leurs équipes" dans la semaine, a indiqué M. Koang.

"Si elles ne s'exécutent pas, les compagnies pétrolières risquent de voir stopper la production par la force et la sécurité de leurs équipes serait menacée", a-t-il ajouté.

Selon le responsable des opérations humanitaire de l'ONU au Soudan du Sud, Toby Lanzer, "les combats à Bentiu ont forcé des centaines de civils à fuir et à demander la protection de l'ONU".

Les Casques bleus ont évacué lundi des travailleurs du pétrole du nord de Bentiu, certains d'entre eux blessés.

Le conflit sud-soudanais, qui a fait des milliers de morts et près de 900.000 déplacés, a éclaté le 15 décembre dans la capitale Juba, avant de rapidement s'étendre à d'autres Etats clés du pays, en particulier ceux du Haut-Nil (nord-est), d'Unité (nord) et du Jonglei (est). Alimenté par une vieille rivalité politique, il oppose le président sud-soudanais Salva Kiir à son ex-vice-président Riek Machar, limogé en juillet 2013.

str-pjm/sas/aub/de

PLUS:hp