NOUVELLES

Save the children critique la façon dont l'Italie accueille ses migrants

15/04/2014 12:34 EDT | Actualisé 15/06/2014 05:12 EDT

L'association Save the children a estimé mardi que l'Italie avait échoué dans la protection des mineurs non accompagnés, estimant que la moitié de ceux qui débarquaient des bateaux de migrants qui affluent sur les côtes italiennes étaient en danger.

"La fuite systématique de ces adolescents (des centres d'accueil où sont placés les migrants à leur arrivée en Italie, ndlr) constitue la preuve éclatante des lacunes chroniques de ce système qui échoue dans la protection et le soutien de ces jeunes gens", a souligné dans un communiqué Raffaela Milano, membre de l'association.

Cette critique intervient quelques jours après un nouvel appel à l'aide des autorités italiennes, à la suite d'une arrivée record de migrants sur ses côtes.

"L'urgence est de plus en plus criante", avait expliqué le ministre de l'Intérieur Angelino Alfano, après avoir affirmé que la Marine italienne avait secouru en 48 heures quelque 4.000 migrants, partis à la recherche d'un monde meilleur à bord d'embarcations de fortune.

Selon l'amiral Giuseppe De Giorgi, près de 20.000 vies ont été sauvées et des dizaines de passeurs arrêtés depuis l'automne dernier.

Mme Milano a réclamé une "action immédiate" pour aider les mineurs non accompagnés, proposant de fermer les structures inadéquates à l'accueil de ces jeunes, et d'accélérer les processus de rapprochement de ces adolescents avec des membres de leurs familles déjà installés en Italie ou dans les pays voisins.

Sur les plus de 800 migrants secourus ces derniers jours et transférés dans des ports siciliens, pour la plupart étaient originaires d'Erythrée, de Somalie et d'Egypte, au moins 500 ont déjà quitté les centres d'accueil.

"Les risques que prennent ces garçons et ces filles sont énormes. Ils peuvent être recrutés par des réseaux de travail au noir, être victimes d'abus sexuels ou sombrer dans la criminalité", a expliqué Mme Milano.

Selon Save the children, 2.370 mineurs non accompagnés ont débarqué en Italie depuis le 1er janvier, la plupart fuyant le conflit syrien.

"Etant donné la difficulté à obtenir un rapprochement avec des membres de leurs familles de manière légale, et le chaos absolu qui règne dans les centres d'accueil, ces mineurs préfèrent fuir et se mettre en route tous seuls", a ajouté Mme Milano.

Mardi, M. Alfano a précisé que 20.500 réfugiés étaient déjà arrivés par bateau sur les côtes italiennes depuis le début de l'année, contre 2.500 en 2013 durant la même période.

"La pression migratoire risque d'atteindre le niveau record de 2011, année (des révolutions arabes, ndlr) durant laquelle plus de 62.000 personnes avaient débarqué" en Italie, a précisé le ministre.

Le nombre de demandeurs d'asile a également bondi de 140% par rapport à 2013: plus de 13.000 demandes ont déjà été enregistrées lors des trois premiers mois de 2014.

ide-lrb/fka/rhl

PLUS:hp