DIVERTISSEMENT

Pour femmes seulement : un documentaire de Annie St-Pierre sur Les cercles de fermières du Québec

15/04/2014 10:48 EDT | Actualisé 15/06/2014 05:12 EDT
RIDM

Au Québec, 35 000 femmes sont membres de l'Association des Cercles de Fermières du Québec. Une jeune réalisatrice s'est intéressée à cette association, qui célébrera ses 100 ans en 2015.

À sa fondation en 1915, l'association offrait un lieu de rassemblement et d'échange qui aidait les femmes à améliorer leurs conditions de vie.

Les besoins ont changé, mais les cercles sont demeurés. Annie St-Pierre,  la réalisatrice, âgée de 33 ans, a voulu les démythifier. Son documentaire, intitulé Fermières, suit pendant un an des membres aux quatre coins de la province.

Fermières offre un accès privilégié à la plus ancienne association québécoise, fondée exclusivement pour les femmes.

« Ma grand-mère, qui était dans les cercles de fermières, est la muse de ce film, explique la réalisatrice. Pour moi, [dans le fait] qu'elle fasse partie d'un cercle de fermières sans être fermière, j'ai vu qu'il y avait quelque chose à fouiller. »

Constat étonnant, moins de 2 % des femmes inscrites dans les cercles sont fermières.

Le film témoigne de traditions en voie de disparition, mais laisse aussi la parole à des femmes dynamiques, qui ont soif de vivre.

« J'ai filmé un tournant. Il y a une génération de femmes qui, tranquillement, disparaît. Et il y a une nouvelle génération, celle des baby-boomers, qui sont jeunes retraitées, qui ont travaillé toute leur vie et qui se disent qu'elles aimeraient apprendre à tricoter comme le faisaient leurs mères. »

Les cercles, qui s'opposaient à l'époque au droit de vote pour la femme ou encore à l'avortement, ont évolué au fil du temps, mais très lentement.

« Elles ont souvent porté l'étiquette d'antiféminisme, mais c'est beaucoup plus complexe que ça. C'est une association qui aura bientôt 100 ans et qui a tout un bagage à traîner. C'est plus difficile de changer des positions qui datent d'un siècle. »

Le film Fermières est une courtepointe cinématographique, un travail de minutie et un hommage à notre héritage.

Le documentaire sera présenté dans plusieurs régions du Québec au cours des prochaines semaines.

Un reportage de Tanya Lapointe

INOLTRE SU HUFFPOST

Les meilleurs et les pires pays pour les femmes selon le Forum économique Mondial