NOUVELLES

Nigeria : Abuja sous haute surveillance au lendemain de l'attentat meurtrier

15/04/2014 08:15 EDT | Actualisé 15/06/2014 05:12 EDT

La police nigériane a renforcé mardi le dispositif de sécurité dans les rues d'Abuja au lendemain de l'attentat le plus meurtrier jamais commis sur le territoire de la capitale, qui a fait au moins 72 morts.

L'attentat a été attribué aux islamistes de Boko Haram, un groupe dont les violences étaient plutôt concentrées sur le nord-est du pays, ces derniers mois.

Cette première attaque commise sur le territoire de la capitale nigériane en deux ans soulève des inquiétudes quant à une propagation de l'insurrection islamiste au reste du pays.

L'explosion survenue à l'heure de pointe lundi matin dans la gare de bus de Nyanya, à quelques kilomètres du centre-ville, a projeté des lambeaux de chair et des effets personnels sur tout le site, jonché de véhicules carbonisés.

La police a d'abord annoncé un bilan de 71 morts et 124 blessés mais le ministère de la Santé a ensuite revu ce bilan à la hausse, de 72 morts et 164 blessés.

Le porte-parole du ministère de la Santé, Dan Nwomeh, a déclaré à l'AFP qu'une délégation devait se rendre mardi dans les hôpitaux d'Abuja et délivrer ensuite un nouveau bilan.

Certaines victimes n'ont pas encore pu être identifiées et prises en compte dans le bilan, "leur cadavre étant totalement démembré", mais la plupart des blessés "sont maintenant dans un état stable" a précisé M. Nwomeh.

La porte-parole de la police pour le territoire de la capitale fédérale, Altine Daniel, a déclaré à l'AFP que les forces de l'ordre avait "renforcé la sécurité" à Abuja.

Quelques heures après l'attentat, le chef de la police nigériane, Mohammed Abubakar, avait placé ses troupes dans la capitale en état "d'alerte rouge" et avait ordonné d'intensifier la surveillance des "cibles les plus vulnérables", sans donner de zones spécifiques.

Le centre-ville d'Abuja, où se trouvent les ministères, les bâtiments administratifs, les grands hôtels et les sièges d'entreprises étrangères, est déjà sous haute surveillance, le dispositif de sécurité ayant été renforcé après l'attentat contre le siège des Nations Unies en août 2011.

Le Forum économique mondial pour l'Afrique a annoncé mardi maintenir la conférence qui doit se tenir du 7 au 9 mai à Abuja malgré l'attentat de lundi et a promis de protéger les personnalités attendues grâce au "plus important dispositif de sécurité jamais mis en place (au Nigeria) pour un sommet international".

- "La menace est toujours là" -

Les violences perpétrées par Boko Haram, qui revendique la création d'un Etat islamique dans le nord du Nigeria, majoritairement musulman, ont fait plusieurs milliers de morts dans le nord et le centre du Nigeria depuis 2009.

Mais la plupart des attaques étaient jusqu'ici concentrées sur le Nord-Est, fief historique du groupe qui y a été créé il y a plus de dix ans.

L'armée ne cesse de répéter que l'insurrection islamiste est contenue dans une région reculée et que le groupe n'a pas la capacité de mener des attaques de grande envergure dans des centre urbains.

Mais l'attentat de lundi, à quelques kilomètres seulement des bâtiments qui abritent le gouvernement, semble donner tort à l'armée.

"Aucun expert sérieux n'a jamais cru" que l'armée avait réussi à contenir Boko Haram dans le Nord-Est, estime Alex Vines, à la tête du département Afrique du centre de recherche britannique Chatham House.

L'attentat d'Abuja "n'est pas une surprise" a-t-il déclaré à l'AFP. "C'est juste un rappel que la menace est toujours là, et c'est tout-à-fait cohérent avec ce que l'on sait de Boko Haram".

L'attentat contre la gare de bus de la périphérie d'Abuja pourrait être "la démonstration que les insurgés ont identifié des failles dans le dispositif mis en place par le Nigeria pour contrer l'insurrection et qu'ils vont continuer à les exploiter", estime l'expert nigérian des questions de sécurité Abdullahi Bawa Wase.

ola-bs/cdc/de

PLUS:hp