NOUVELLES

Mali: l'UE prolonge sa mission militaire et en lance une autre police-gendarmerie

15/04/2014 05:39 EDT | Actualisé 15/06/2014 05:12 EDT

L'Union européenne a lancé mardi une nouvelle mission pour renforcer la police et la gendarmerie du Mali, et a prolongé pour deux ans sa mission de formation de l'armée, lancée après l'intervention française de janvier 2013.

Approuvée par les ministres de la Défense de l'UE, la mission Eucap Sahel Mali dispensera "des conseils stratégiques et des formations à l'intention des trois forces de sécurité intérieure", la police, la gendarmerie et la Garde nationale, a indiqué l'UE.

"Eucap oeuvrera à une solution durable pour les défis sécuritaires du Mali", a commenté Catherine Ashton, la chef de la diplomatie de l'UE, qui y voit "une preuve supplémentaire de l'engagement de l'UE à soutenir les réformes" dans ce pays francophone d'Afrique de l'ouest.

Le mandat de la mission, basée à Bamako, aura une durée initiale de deux ans. Un budget de 5,5 millions d'euros a été alloué pour la phase de démarrage, prévue sur neuf mois.

Sa création s'inscrit dans la stratégie mise en place par l'UE pour remettre sur pied des institutions maliennes laminées en 2012 par l'offensive de la rébellion touareg et de groupes djihadistes dans le nord.

L'urgence avait été d'abord de lancer en 2013 la mission EUTM-Mali de formation et de réorganisation de l'armée, que les ministres ont décidé mardi de prolonger pour deux ans, jusqu'à mai 2016.

Cette prolongation permettra aux quelque 560 experts de l'UE déployés sur place de former quatre nouveaux bataillons d'environ 650 hommes dans le camp de Koulikoro pour un coût estimé de 27,7 millions d'euros, selon l'UE.

EUTM-Mali, commandée par le général français Marc Rudkiewicz, forme actuellement son quatrième bataillon depuis son lancement. La France et l'Allemagne ont récemment décidé d'y déployer des membres de la brigade franco-allemande, pour la première fois en Afrique.

jri/jlb/aub

PLUS:hp