NOUVELLES

La Russie devrait "payer le prix" de ses actions en Ukraine (Géorgie)

15/04/2014 11:33 EDT | Actualisé 15/06/2014 05:12 EDT

La Russie devrait "payer le prix" de ses actions en Ukraine, a affirmé mardi l'ambassadeur de Géorgie auprès de l'Otan, Levan Dolidze, appelant les Occidentaux à s'engager en Europe de l'Est face à Moscou.

"Le prix à payer par la Russie devrait être assez élevé", a déclaré M. Dolidze à l'AFP, sans vouloir préciser quel type de mesures pourraient être prises.

"Il est essentiel que les Occidentaux soient fermement engagés dans la région", où la Russie, qui est accusée de fomenter les violences dans l'est de l'Ukraine, après le rattachement de la Crimée, entend rétablir sa sphère d'influence, a-t-il ajouté.

Selon M. Dolidze, la tentative des Occidentaux de maintenir un dialogue positif avec la Russie après la guerre de Géorgie en 2008 a été interprétée comme le signe qu'elle ne serait pas sanctionnée.

Après cette guerre éclair, la Russie a reconnu l'indépendance de deux territoires séparatistes, l'Ossétie du Sud et l'Abkhazie, et y a basé des milliers de soldats.

Les Etats-Unis et l'Union européenne ont adopté des sanctions ciblées contre des responsables russes et pro-russes de Crimée, qui sont visés par des restrictions de visa d'entrée dans l'UE et le gel d'avoirs. Lundi, l'UE a décidé d'allonger la liste des personnes sanctionnées, face à "l'escalade" dans l'est de l'Ukraine.

En 2008, les dirigeants des pays de l'Otan avaient décidé que l'Ukraine et la Géorgie, deux anciennes républiques soviétiques, avaient vocation à rejoindre l'Otan. En 2010, le gouvernement nouvellement élu du président ukrainien pro-russe Viktor Ianoukovitch avait renoncé à cet objectif.

La Géorgie a poursuivi son chemin sur la voie de l'adhésion. Début avril, le secrétaire général de l'Otan, Anders Fogh Rasmussen, a salué les "progrès" de Tbilissi.

bmm-jlb/cb/bds

PLUS:hp