NOUVELLES

Japon: la banque centrale ajustera si nécessaire sa politique pour atteindre 2% d'inflation

15/04/2014 03:06 EDT | Actualisé 14/06/2014 05:12 EDT

Le gouverneur de la banque centrale du Japon (BoJ), Haruhiko Kuroda, a promis mardi au Premier ministre Shinzo Abe d'ajuster la politique monétaire si la nécessité s'en faisait sentir sur le plan économique et pour atteindre l'objectif de 2% d'inflation, selon des propos rapportés par l'intéressé aux médias.

MM. Kuroda et Abe se sont entretenus mardi à midi (heure locale), une discussion à la suite de laquelle le gouverneur a déclaré aux journalistes: "J'ai dit à M. Abe que s'il advenait qu'il paraisse difficile d'atteindre l'objectif de 2% d'inflation, la banque centrale ajusterait sans hésiter sa politique monétaire".

Il a précisé que durant leur entrevue, "le Premier ministre n'avait formulé aucune demande particulière" concernant des mesures additionnelles d'assouplissement monétaire.

Cet entretien était guetté par les investisseurs de la Bourse de Tokyo de même que par les économistes dont beaucoup considèrent que la BoJ sera forcée de faire un geste supplémentaire cette année, probablement cet été, pour atténuer l'impact négatif sur l'activité de la hausse de la taxe sur la consommation le 1er avril dernier. Cet équivalent de la TVA française est passé de 5% à 8%.

Le gouvernement conservateur Abe et la Banque du Japon, dirigée depuis un an par M. Kuroda, s'étaient auparavant entendus sur un objectif commun de 2% d'inflation en deux ans (d'ici à la mi-2015), un but qui paraît trop ambitieux à un nombre croissant d'observateurs, même si la hausse des prix a atteint 1,3% sur un an ces derniers mois.

Pour le moment, M. Kuroda dit cependant ne pas voir la nécessité d'une amplification de la politique d'assouplissement quantitatif et qualitatif accentuée après son arrivée à la tête de l'institut d'émission en mars 2013.

"L'inflation se situe entre 1 et 1,5% depuis plusieurs mois et cela va continuer un moment, avant de s'élever en fin d'année", a affirmé la semaine dernière M. Kuroda à l'issue d'une réunion du comité de politique monétaire de la BoJ qui a voté à l'unanimité des neuf membres pour un statu quo.

kap/eb/jh

PLUS:hp