NOUVELLES

Israéliens et Palestiniens cherchent à prolonger les négociations de paix (USA)

15/04/2014 04:26 EDT | Actualisé 15/06/2014 05:12 EDT

Les négociateurs israéliens et palestiniens sont à pied d'oeuvre pour tenter de trouver un accord qui leur permettrait de prolonger les pourparlers de paix, actuellement dans l'impasse, au-delà de la date butoir du 29 avril, a assuré le département d'Etat américain mardi.

De nouveaux entretiens doivent avoir lieu mercredi, a indiqué la porte-parole du ministère Jennifer Psaki, sans toutefois être en mesure de confirmer que l'émissaire américain Martin Indyk serait présent.

Un responsable palestinien avait assuré lundi que M. Indyk participerait à la réunion.

Israéliens et Palestiniens "travaillent à un accord qui leur permettrait de prolonger les négociations au-delà du 29 avril", a déclaré Mme Psaki.

"Ils discutent de tout un éventail de sujets. Les deux parties devraient prendre un certain nombre de mesures afin de faciliter les conditions d'avènement de la paix, mais leur engagement est toujours très élevé", a-t-elle précisé.

Le processus de paix, relancé en juillet sous l'égide du secrétaire d'Etat John Kerry, traverse une crise profonde. Les deux parties ont multiplié les gestes d'hostilité depuis qu'Israël a refusé de libérer, comme prévu le 29 mars, un quatrième et dernier contingent de prisonniers.

L'impasse s'est aggravée après l'annonce jeudi soir du gel de transfert des taxes qu'Israël perçoit pour le compte de l'Autorité palestinienne.

En réaction, l'Autorité palestinienne a repris la voie de l'ONU et demandé l'adhésion de la Palestine à 15 traités et organisations internationales.

Jennifer Psaki a également rejeté l'opinion émise par le comité éditorial du New York Times qui, dans un éditorial publié mardi, a estimé que ni les Israéliens, ni les Palestiniens n'étaient vraiment déterminés à parvenir à la paix.

"L'administration Obama devrait fixer les principes qui doivent, selon elle, régir une solution à deux Etats, si tant est qu'Israéliens et Palestiniens souhaitent un jour faire la paix", a écrit le quotidien.

"Ensuite, le président Obama et le secrétaire d'Etat John Kerry devraient passer à autre chose et consacrer leur attention aux autres points chauds comme l'Ukraine", a-t-il conclu.

Mais Jennifer Psaki a dit "ne pas être d'accord avec cette idée. Les négociateurs non plus, les parties non plus, le secrétaire d'Etat non plus".

"Les Israéliens et les Palestiniens méritent une solution à deux Etats où ils vivent côte à côte et disposent des atouts économiques et de la sécurité qu'ils méritent", a-t-elle dit.

jkb/gde/are

PLUS:hp