NOUVELLES

Conflit en Transdniestrie: l'OSCE espère des négociations en mai

15/04/2014 12:51 EDT | Actualisé 14/06/2014 05:12 EDT

Une nouvelle ronde de négociations pour résoudre le conflit entre la Moldavie et la région séparatiste pro-russe de Transdniestrie, à la frontière avec l'Ukraine, devrait avoir lieu en mai, a indiqué à l'AFP l'OSCE.

"Nous espérons vraiment avoir la prochaine session de négociations en mai", a indiqué Jennifer Brush, chef de mission de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) en Moldavie.

L'OSCE mène ces pourparlers qui se tiennent dans un format dit 5+2, c'est-à-dire en réunissant la Moldavie, ex-République soviétique située entre l'Ukraine et la Roumanie, la région séparatiste de Transdniestrie, l'Ukraine, la Russie et l'OSCE. L'Union européenne et les Etats-Unis ont le rôle d'observateurs.

Interrompus durant six ans, ces pourparlers avaient repris en 2011, mais une nouvelle ronde de négociations prévue en avril n'a pas eu lieu.

Selon Mme Brush, ce report est dû à une question technique liée à une loi moldave qui aurait affecté l'industrie de Transdniestrie.

"Cette loi a été retirée, il n'y a donc aucune raison que la nouvelle ronde de négociations n'ait pas lieu", a estimé la chef de mission de l'OSCE.

Elle a reconnu que les tensions en Ukraine voisine étaient un facteur d'incertitude.

"Mais nous estimons que les deux parties ainsi que les médiateurs et les observateurs --les Russes, les Ukrainiens, l'OSCE, les Etats-Unis et l'Union européenne-- souhaitent la poursuite des discussions donc je ne pense pas qu'il y ait d'obstacle", a affirmé Mme Brush.

Depuis l'effondrement de l'ex-Union soviétique au début des années 1990, un conflit oppose la Moldavie, majoritairement roumanophone, à la Transdniestrie, région majoritairement russophone qui a fait sécession en 1990.

Une courte guerre avait opposé les deux parties entre 1991 et 1992 faisant des centaines de morts. Les séparatistes de Transdniestrie avaient alors bénéficié du soutien de la Russie qui maintient toujours des soldats sur ce territoire, contre la volonté de Chisinau.

La Transdniestrie n'est pas reconnue internationalement.

La Moldavie espère signer dans les prochains mois un accord d'association avec l'UE.

Son président, Nicolae Timofti, s'était inquiété fin mars d'une éventuelle répétition du scénario de Crimée dans son pays en raison des velléités de la Transdniestrie d'être rattachée à Moscou.

iw/at/glr

PLUS:hp