NOUVELLES

Carlyle reste à Toronto... pour l'instant

15/04/2014 05:55 EDT | Actualisé 15/06/2014 05:12 EDT

Randy Carlyle a indiqué qu'il n'avait toujours pas discuté de son avenir avec le nouveau président des Maple Leafs de Toronto, Brendan Shanahan.

L'avenir de l'entraîneur-chef des Leafs demeure le sujet de l'heure chez les partisans torontois, qui tentent toujours de s'expliquer comment leur équipe a pu s'effondrer en fin de saison au point d'être exclue des séries éliminatoires.

« Je suis toujours en poste aujourd'hui, s'est contenté de dire Carlyle lors de son point de presse, mardi. Dans cet univers, tu dois assumer la responsabilité des victoires et des défaites. Et tout ce que tu peux faire, c'est d'offrir le meilleur de toi-même, d'être honnête et franc avec les gens, et c'est ce que notre personnel d'entraîneurs a tenté de faire. Des décisions seront prises à savoir si telle ou telle personne reviendra ou non, et je ne suis pas celui qui prendra ces décisions. »

Interrogé au sujet de son absence, la veille, lors de la conférence de presse pour officialiser l'arrivée de Shanahan, l'entraîneur-chef des Leafs avait a déclaré qu'il avait de bonnes raisons.

« Je travaillais et j'avais la responsabilité de rencontrer chacun des joueurs individuellement comme nous le faisons à l'issue de chaque saison, a expliqué Carlyle. Et ç'a pris la majeure partie de la journée. »

Carlyle a également discuté de différents sujets lors de son bilan au Centre Air Canada. Il a mentionné que l'incapacité de son équipe à poursuivre sur sa lancée après un excellent passage en Californie le mois dernier a été le tournant de la saison.

Les Maple Leafs avaient alors gagné deux de leurs trois matchs à Anaheim, San José et Los Angeles avant d'encaisser huit revers de suite.

Ils ont gagné seulement 3 de leurs 16 dernières rencontres et ont conclu la saison au 12e rang de l'Association de l'Est.

Spezza attendra

Jason Spezza devra patienter avant de voir son contrat prolongé avec les Sénateurs d'Ottawa.

Mardi, le directeur général Bryan Murray a indiqué qu'il n'était pas prêt à faire d'offre à son capitaine.

Âgé de 30 ans, Spezza doit encore écouler une saison à son contrat, assorti d'une clause de non-échange. À sa première saison comme capitaine de l'équipe, l'attaquant a récolté 66 points en 75 matchs.

Murray a parlé du cas Spezza lors de son bilan de fin de saison. Le DG croit que les Sénateurs, qui ont conclu au 10e rang de l'Association de l'Est, ont besoin d'un autre attaquant format géant qui peut s'imposer physiquement.

Murray a indiqué que les revirements et le jeu brouillon expliquent les déboires de son équipe.

Les Sénateurs ont accordé 265 buts la saison dernière, bon pour le 27e rang du classement général dans la LNH.

Une troisième poursuite contre la LNH

Un autre groupe d'anciens joueurs de la LNH a déposé un recours collectif en cour fédérale américaine, mardi, à Minneapolis.

Les joueurs à la retraite Dave Christian, Reed Larson et William Bennett sont nommés en tant que demandeurs.

Dans la poursuite, on affirme qu'en cachant les risques réels de blessures à la tête, la LNH met les joueurs dans une situation où « le risque est considérablement plus élevé » de souffrir de pertes de mémoire, de dépression, de démence, de maladie d'Alzheimer et de maladie de Parkinson.

La poursuite s'ajoute à celles déposées par des joueurs de hockey à Washington et à New York.

Les demandeurs cherchent à obtenir une compensation monétaire et un suivi médical plus étroit.

PLUS:rc