NOUVELLES

« Vous pouvez dormir tranquille » - Coderre

14/04/2014 02:57 EDT | Actualisé 13/06/2014 05:12 EDT

« Vous pouvez dormir tranquille, ce sera de retour l'an prochain. » C'est en ces termes que le maire de Montréal Denis Coderre a parlé du Grand Prix du Canada, lundi.

Était-ce de l'intox de la part de M. Coderre, qui était de passage à New York ou une info sérieuse à l'agence Bloomberg sur les discussions à propos du nouveau contrat?

Il est question d'une entente de 10 ans qui commencerait le 12 juin prochain, soit au lendemain du Grand Prix du Canada 2014. 

« Ce sera signé dans les semaines à venir, a ajouté le premier citoyen de la ville québécoise. Il faut juste s'assurer que tout est bien ficelé. »

Parmi les choses à ficeler, il y a le dossier de la rénovation des installations, un des préalables pour le renouvellement du contrat qui lie Montréal à la F1.

Denis Coderre avait dit le 9 avril, dans un point de presse à la mairie, que l'argent était disponible, qu'il fallait livrer les installations pour 2016 et qu'il ne voulait pas être le maire qui va « tirer sur la plogue ».

Mais selon nos informations, le promoteur du Grand Prix du Canada, François Dumontier, ne s'entendrait pas avec la Ville de Montréal sur le montant à investir pour rajeunir les installations datant de 1988.

Le quotidien La Presse écrivait dans son édition du 10 avril que la rénovation des installations pourrait coûter jusqu'à 40 millions de dollars canadiens.

Ce que M. Dumontier a dit en marge d'un discours à la Chambre de commerce et d'industrie, c'est que l'investissement serait couvert par le pourcentage de la vente des billets revenant aux paliers de gouvernement. Que les contribuables n'auraient pas à payer de leur poche.

Cette négociation apparemment serrée entre la Ville de Montréal et le promoteur du Grand Prix du Canada ne semble pas toutefois compromettre la signature de l'entente. 

« Nous sommes en train de tout ficeler et je sais que nous y arriverons », a dit l'homme d'affaires britannique Bernie Ecclestone, joint par téléphone par Bloomberg.

« Nous serons heureux de retourner là-bas », a ajouté l'homme de 83 ans.

Rappelons que le 9 avril, François Dumontier a envoyé un message clair au nouveau premier ministre du Québec qu'il était « urgent » de signer cette entente.

Le contrat actuel (de cinq ans) liant les trois paliers canadiens, le promoteur du Grand Prix du Canada et Bernie Ecclestone se termine avec la présentation du Grand Prix de cette année, le week-end du 11 juin. 

PLUS:rc