NOUVELLES

Inondations : un embâcle cède à Saint-Lambert-de-Lauzon (VIDÉO)

14/04/2014 05:57 EDT | Actualisé 14/04/2014 05:58 EDT

Un embâcle a cédé lundi vers 15 h 30 à Saint-Lambert-de-Lauzon. Les riverains sont soulagés puisque la rivière suit maintenant son cours.

Le courant n'est plus bloqué, ce qui représente un danger moindre pour les résidences des gens qui ont été évacués. Toutefois, les autorités sont encore sur un pied d'alerte en ce qui concerne l'accumulation des glaces sur les berges de la rivière Chaudière.

Selon la Sécurité publique, les températures à la hausse et la pluie qui devrait commencer à tomber mardi font encore craindre des dégâts importants.

À Beauceville, où une vingtaine de commerces et une quarantaine de résidences ont déjà été inondés la fin de semaine dernière, le niveau de l'eau est en baisse selon la Sécurité publique. La route 173 est dégagée et l'heure est au nettoyage.

Il reste néanmoins deux embâcles dans ce secteur et les autorités demeurent très attentives aux moindres soubresauts de la rivière Chaudière. « C'est très important d'être aux aguets et de surveiller tout mouvement », dit le maire de Beauceville, Luc Provençal.

Si le niveau de la rivière est en baisse lundi, la situation pourrait toutefois changer rapidement mardi en raison des grandes quantités de précipitations qui sont prévues.

Un avertissement de pluie est en vigueur pour la grande région de Québec et ses environs. Une dépression en formation sur le sud des États-Unis atteindra le centre du Québec mardi après-midi et devrait laisser de 25 à 40 millimètres de pluie.

Traces d'hydrocarbures dans la rivière Chaudière

Des traces d'hydrocarbures ont été décelées cette fin de semaine dans la rivière Chaudière dans le secteur de Beauceville, selon ce que révèlent des images aériennes des premières crues printanières depuis la tragédie de Lac-Mégantic.

L'accident de Lac-Mégantic avait provoqué un déversement de pétrole dans la rivière Chaudière.

Depuis mercredi, la Ville de Lévis procède à des tests quotidiens pour évaluer la qualité de l'eau.

Le ministère de l'Environnement soupçonne que la crue printanière pourrait faire remonter les hydrocarbures déposés au fond de la rivière lors de l'accident du lac Mégantic. Pour l'instant, la qualité de l'eau demeure bonne et les résidents de la région n'ont pas à s'inquiéter.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les crues du printemps 2014 au Québec