NOUVELLES

Valparaiso, cité coloniale classée au patrimoine de l'humanité par l'Unesco

13/04/2014 02:21 EDT | Actualisé 13/06/2014 05:12 EDT

La ville de Valparaiso, en proie à un gigantesque incendie dimanche, est un grand port du centre du Chili inscrit en 2003 au patrimoine de l'humanité par l'Unesco.

Un feu de forêt s'est déclenché samedi à la périphérie de la ville, la deuxième du pays, puis s'est propagé dans une douzaine de quartiers, menaçant désormais le centre-ville. Seize morts sont à déplorer selon un bilan provisoire, au moins 500 maisons sont détruites et plus de 10.000 personnes ont été évacuées.

Située sur la côte Pacifique à 120 km au nord-ouest de Santiago, la cité coloniale est célèbre pour sa multitude de maisons colorées édifiées sur plus de 40 collines qui forment un amphithéâtre naturel surplombant la mer.

La ville est visitée chaque année par des milliers de touristes émerveillés par ses ruelles entrelacées, ses petits escaliers nichés entre les maisons bigarrées, comme celle du poète Pablo Neruda. Peuplée de 270.000 habitants, elle souffre néanmoins d'un niveau de pauvreté supérieur à la moyenne nationale, et a besoin de développement économique.

Aussi emblématiques que les maisons peintes, les funiculaires, jadis hydrauliques, puis à vapeur, à présent électriques, témoignent de l'âge d'or de la ville. Conduisant sur les hauteurs, ils offrent une vue magnifique sur le port et sa baie. Mais excepté quelques uns érigés en vitrines touristiques, les "ascensores", classés Monuments historiques du Chili, sont menacés d'abandon en raison de problèmes techniques et financiers.

Valparaiso joua un rôle géopolitique très important dans la seconde moitié du XIXème siècle, lorsque la ville servit d'escale pour les bateaux voyageant entre les océans Atlantique et Pacifique, et traversant le détroit de Magellan. Des immigrants débarquèrent d'Europe pour s'inventer une nouvelle vie, faisant de la cité, qualifiée alors de "Perle du Pacifique", la plus cosmopolite d'un pays isolé.

Aujourd'hui, ce sont les touristes qui représentent sa principale richesse, attirés par les vestiges d'un passé glorieux mais révolu, le port ayant perdu de son attrait après l'ouverture du Canal de Panama, au début du XXe siècle.

fm/sym

PLUS:hp