Niger: plainte de la famille de l'ex-président Maïnassara, assassiné, devant une Cour ouest-africaine

AFPQC2   Première Publication: 13/04/2014 09:15 EDT Mis à jour: 13/04/2014 10:15 EDT


La famille du président nigérien Ibrahim Baré Maïnassara, assassiné il y a quinze ans à Niamey, a annoncé avoir déposé une plainte devant une Cour ouest-africaine pour obtenir l'ouverture au Niger d'une enquête sur sa mort, a-t-on appris dimanche.


"Une plainte a été déposée à la Cour de justice de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'ouest (Cédéao - Cour basée à Abuja, Nigeria) contre l'Etat du Niger sur le traitement réservé au dossier relatif à l'assassinat de l'ex-président", indique sa famille dans un communiqué reçu dimanche par l'AFP.


"Après quinze années de procédures judiciaires menées au Niger sans succès, la famille a décidé de continuer son combat à l'extérieur", poursuit-elle.


L'ex-président a été assassiné le 9 avril 1999 sur une base militaire près de Niamey par des éléments de sa garde dirigée par le commandant Wanké, décédé en 2004 de maladie.


La junte militaire dirigée par Wanké avait toutefois fait voter une Constitution accordant l'amnistie totale aux personnes impliquées dans les évènements du 9 avril 1999.


La justice nigérienne a toujours évoqué cette disposition constitutionnelle pour justifier son refus d'ouvrir une information sur la mort du président Maïnassara. Mais l'actuelle Constitution votée en 2010 a supprimé cette amnistie.


Les proches de l'ex-président espèrent que la Cédéao, une organisation régionale comptant 15 membres, va "demander au Niger de prendre toutes les dispositions pour identifier et punir les auteurs, co-auteurs et complices de l'assassinat" de "cet acte odieux", souligne le même communiqué.


"Il avait droit à la vie, on la lui a ôtée de manière injuste, maintenant toute sa famille a droit à la vérité, le peuple du Niger a droit à la vérité", a estimé Clémence Aïssa Baré en marge de la cérémonie de commémoration du 15e anniversaire de la mort de son mari.


"Ce que nous voulons, ce n'est pas une enquête pour châtier (les auteurs) mais pour savoir ce qui s'est réellement passé", a expliqué Idi Ango Omar, ex-ministre de l'Intérieur et très proche du président assassiné, encore populaire dans le pays.


bh/jf/jmc


SUIVRE LE Québec

Publié par AFPQC  |