NOUVELLES

Est de l'Ukraine: tous les "signes d'une implication de Moscou" (ambassadrice américaine à l'ONU)

13/04/2014 10:26 EDT | Actualisé 13/06/2014 05:12 EDT

Les attaques de groupes armés pro-russes dans des villes de l'Est de l'Ukraine portent les "signes d'une implication de Moscou", a jugé dimanche l'ambassadrice américaine à l'ONU Samantha Power, menaçant de nouvelles sanctions si celles-ci continuaient.

"Cela porte tous les signes de ce que nous avons vu en Crimée, c'est professionnel, c'est coordonné. Rien de local là-dedans. Dans chacune des six ou sept villes où elles sont actives, ces forces font exactement la même chose. Donc sans aucun doute, cela porte les signes d'une implication de Moscou", a affirmé Mme Power sur la chaîne ABC.

Les sanctions déjà mises en place par Washington à l'encontre de certaines sociétés et responsables russes, ont "amené le rouble à un plus bas historique", à une chute de la bourse russe "de 20%" et à une fuite des investisseurs, a-t-elle observé.

"On a vu que les sanctions peuvent faire mal. Et si ces actions continuent, nous verrons un durcissement de ces sanctions", a mis en garde l'ambassadrice.

Lors d'une conversation téléphonique samedi avec son homologue russe Sergueï Lavrov, le chef de la diplomatie américaine John Kerry avait déjà exprimé sa "profonde inquiétude" face aux attaques de militants armés, selon lui "orchestrées et synchronisées, de la même manière que les précédentes attaques dans l'Est de l'Ukraine et en Crimée", a rapporté le département d'Etat.

Tout au long de la journée de samedi, des militants pro-russes se sont emparés de bâtiments publics dans l'Est russophone, frontalier de la Russie.

Ces assaillants, bien équipés et organisés mais ne portant aucun insigne et présentés comme des milices locales, ont notamment pris le contrôle des bâtiments de la police et des services de sécurité de la ville de Slaviansk.

Dimanche, le gouvernement ukrainien a dit avoir lancé une opération "antiterroriste" dans la ville pour reprendre ces bâtiments, selon un ministre ukrainien, qui a fait état de "morts et blessés des deux côtés".

Moscou dément toute responsabilité dans les troubles et M. Lavrov a de nouveau affirmé samedi que son pays n'avait aucune intention de rattacher à la Russie les régions orientales de l'Ukraine.

A l'approche de la présidentielle en mai, le gouvernement intérimaire ukrainien fait part de sa disposition à discuter d'une "autonomie" de l'Est du pays, selon Mme Power. Moscou pourrait bien chercher à torpiller ces discussions, a-t-elle insinué: "juste au même moment où ils vont dans la région pour parler, ces actions (de militants) se produisent".

mra/gde

PLUS:hp