POLITIQUE

Troisième députée Québec Solidaire : «Appelez-moi Manon !»

12/04/2014 08:22 EDT | Actualisé 12/04/2014 08:22 EDT
PC

Après plusieurs années de travail, la candidate de Québec solidaire (QS) dans Sainte-Marie-Saint-Jacques, Manon Massé, a réussi à gagner son siège à l’Assemblée nationale par 99 votes d’écart. Pour elle, cependant, sa véritable surprise a été de voir terminer deuxième la candidate libérale, Anne Klisko devant le député péquiste sortant, Daniel Breton.

«Mes sondages étaient assez fidèles, explique la voix enjouée de la nouvelle élue solidaire en entrevue avec Le Huffington Post Québec. Ma véritable surprise était de constater les résultats du parti libéral et de voir le candidat du Parti québécois terminer troisième.»

Dès le début de la campagne électorale, la nouvelle élue avait l’impression que cette élection était la bonne, elle qui en était à sa cinquième tentative dans cette circonscription montréalaise.

«C’était ma cinquième tentative, ironise-t-elle. Il faut dire que j’avais une grande conviction que les gens de Sainte-Marie-Saint-Jacques voulaient avoir une députée solidaire.»

Selon elle, la montée en force des libéraux dans cette circonscription montréalaise s’explique entre autres par le projet de la Charte des valeurs, ainsi que les coupures à l’aide sociale du gouvernement péquiste.

«La Charte des valeurs péquiste a permis la mobilisation de nos adversaires libéraux, de même que les coupures dans l’aide sociale. Les gens étaient déçus des péquistes», analyse-t-elle.

Elle pense aussi que l’arrivée en scène de l’ancien grand patron de Québécor à titre de candidat péquiste, Pierre Karl Péladeau, a favorisé son élection. «Les gens de la circonscription n’ont pas aimé voir arriver Pierre Karl Péladeau au Parti québécois. Il y a même des militants péquistes qui sont devenus membres de Québec solidaire dans les jours qui ont suivi», dit-elle.

Manon Massé pense également que le discours de QS séduit les électeurs, notamment dans sa circonscription. «On ne fait pas de la politique spectacle à Québec solidaire. Je suis une militante très engagée autant pour l’environnement, la justice sociale que pour l’égalité des chances», décrit-elle.

«Le discours et les idées de Québec solidaire sont connus et représentent ce que les gens demandent», insiste-t-elle.

Militante engagée, Manon Massé connaît bien les enjeux de sa circonscription. Quand elle se balade, elle dit même qu’il lui arrive de se faire appeler tout simplement «Manon» par les résidents.

Une preuve, dit-elle, qu’elle arrive à être près des gens. « Je suis une rassembleuse… proche des gens. C’est facile pour moi d’écouter et de comprendre les gens, explique-t-elle. Depuis que je suis élue, il y a des commerçants qui sortent de leur voiture pour me saluer.»

Troisième députée de Québec solidaire à faire son entrée à l’Assemblée nationale, Manon Massé estime être capable d’augmenter sa majorité lors du prochain rendez-vous électoral.

«Je n’ai rien à cacher au monde», lance-t-elle, indiquant comprendre les réalités, parfois difficiles, dans lesquelles vivent les gens de sa circonscription.

Concernant l’appui de la population à l’égard de la souverainiste, la nouvelle députée pense que le projet existe encore, et ce, malgré la défaite du Parti québécois. Elle estime, cependant, que les électeurs ne veulent plus entendre parler d’un projet de pays uniquement pendant 33 jours de campagne électorale. «Il faut redonner la souveraineté au peuple», conclut-elle.

INOLTRE SU HUFFPOST

La journée électorale du 7 avril en images