NOUVELLES

Rachat du Concorde : 50 000 $ à celui qui prouvera que Tony Magi est impliqué

12/04/2014 01:30 EDT | Actualisé 12/06/2014 05:12 EDT
Agence QMI

Le dossier de la vente de l'Hôtel Le Concorde connaît un nouveau rebondissement. Les investisseurs qui veulent racheter l'hôtel, qui appartient à l'homme d'affaires Eddy Savoie, offrent une récompense de 50 000 $ à toute personne qui pourra confirmer que l'offre d'achat entre le Groupe Savoie et les investisseurs implique Tony Magi, un homme d'affaires proche de la mafia montréalaise.

« Si effectivement quelqu'un apporte la preuve que le groupe est associé à ce Tony quelque chose, que je ne connaissais pas il y a quelques jours, il recevra un chèque de 50 000 $. C'est très sérieux, ce n'est pas juste une joke, c'est très sérieux. C'est ce qui va être fait », a affirmé Me Stéphane Harvey, qui représente le groupe d'investisseurs.

Cette sortie des investisseurs survient quelques heures après que le maire Labaueme ait dit qu'il n'avait eu d'autre choix que de voter une résolution pour bloquer le projet de condo-hôtel du Concorde afin d'écarter d'éventuels acheteurs qui pourraient être liés au crime organisé.

Selon Régis Labeaume, deux sources différentes et jugées crédibles l'ont informé au cours des derniers jours que Tony Magi, un homme d'affaires proche de la mafia montréalaise, serait impliqué, par le biais d'un prête-nom, dans la transaction visant l'achat de l'hôtel de la Grande Allée.

Les représentants du groupe d'investisseurs ont d'ores et déjà affirmé qu'ils ne connaissent Tony Magi ni de près ni de loin. Me Stéphane Harvey nie aussi catégoriquement l'implication de Tony Magi.

Il est d'avis que la Ville a agi trop rapidement dans ce dossier.

« La Ville a peut-être agi un petit peu vite. Dans certaines municipalités, lorsqu'on obtient ce genre d'informations là [...], habituellement, il y a un service de validation, comme à Toronto, et là, on vérifie de façon préliminaire avant de sortir dans les médias, parce que si on sort trop vite, ben le risque, c'est d'agir trop vite », a affirmé Me Harvey.

Par ailleurs, Me Harvey a fait savoir que le groupe d'investisseurs qu'il représente a mandaté une firme d'avocats réputée de Québec pour se prononcer sur la validité du processus qui a été entrepris par l'administration Labeaume.

Me Harvey refuse cependant de dire pour le moment quelle est cette firme d'avocats.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les funérailles de Vito Rizzuto