NOUVELLES

Les opposants aux compteurs intelligents manifestent à Montréal

12/04/2014 07:26 EDT | Actualisé 12/06/2014 05:12 EDT

Près de 200 personnes ont manifesté samedi au centre-ville de Montréal pour exiger un moratoire sur l'installation des compteurs intelligents d'Hydro-Québec.

Les manifestants estiment que les normes de Santé Canada sont laxistes et que ces appareils émettent des radiofréquences qui peuvent causer des problèmes de santé chez les personnes électrosensibles.

Les manifestants sont venus de plusieurs villes de la grande région de Montréal, où 1,4 million de compteurs intelligents ont déjà été installés lors de la première phase du programme d'Hydro-Québec. Ils se sont rassemblés devant les bureaux de la Régie de l'énergie, qui a tenu des audiences publiques cette semaine sur les phases deux et trois du projet.

La porte-parole du groupe Refusons les compteurs, Marie-Michelle Poisson, craint que la Régie ne tienne pas compte des 440 témoignages déposés par des citoyens opposés aux compteurs intelligents.

« Nous ne comptons pas sur la décision de la Régie, qui risque d'être favorable après seulement trois jours d'audiences sur les phases deux et trois. Nous voulons que ce soit des élus responsables qui puissent, par décret, imposer la fin de se projet-là », dit-elle.

Le député de Québec solidaire Amir Khadir appuie les manifestants et estime qu'Hydro-Québec fait preuve d'arrogance en refusant d'obéir à une motion unanime de l'Assemblée nationale.

« Nous avons demandé, comme députés représentants du peuple, que ceux et celles qui veulent se prévaloir d'autres technologies que les compteurs supposément intelligents qui émettent en permanence, puissent le faire à coût nul », affirme le député de Mercier.

En ce moment, Hydro-Québec exige 100 $ pour installer un compteur qui n'émet pas de radiofréquence, un montant auquel s'ajoutent des frais annuels de 200 $.

D'après le reportage d'Alexandre Touchette

PLUS:rc