NOUVELLES

L'Impact se contente d'une nulle

12/04/2014 06:16 EDT | Actualisé 12/06/2014 05:12 EDT
Agence QMI

MONTRÉAL - L'Impact a établi un record d'équipe en disputant un sixième match sans victoire au début d'une saison, samedi, alors qu'il s'est contenté d'une nulle de 1-1 contre le Fire de Chicago. Mais pire encore, le onze montréalais n'a pas affiché la volonté claire de se sortir du trou qu'il est en voie de creuser.

Après le match, Frank Klopas, qui est toujours en quête d'un premier gain depuis qu'il s'est amené à la barre de l'Impact cet hiver, a été le premier à déplorer un manque d'énergie. Le but de Jack McInerney à sa première sortie avec l'équipe montréalaise et la belle prestation du jeune défenseur Karl Ouimette, qui a été solide à son premier départ de la campagne, ont fait office de bien minces consolations.

«Dans les autres matchs, il y avait de l'énergie, nous avions contrôlé le tempo et obtenu plusieurs bonnes occasions. Mais aujourd'hui, pour une raison quelconque, le niveau d'énergie a été décevant», a souligné l'entraîneur-chef de l'Impact.

Klopas, qui affrontait samedi l'équipe qui l'a congédié l'automne dernier, s'expliquait mal cette contre-performance des siens après une bonne semaine d'entraînement qui laissait présager de meilleurs jours.

«Les jambes semblaient lourdes mais je ne peux l'expliquer, car nous avons eu une très bonne semaine d'entraînement. J'étais vraiment confiant que ça allait se transposer dans le match, d'autant plus que nous nous sommes assurés que les gars gardent des énergies en réserve, a expliqué Klopas. Puis, quand le match a commencé, nous étions à plat. Nous avons perdu la bataille du milieu du terrain.»

«Nous ne nous sommes jamais mis en branle, on dirait», a reconnu le milieu de l'Impact Justin Mapp, qui était à court de mots lorsqu'on lui a demandé comment l'équipe pouvait donner une prestation aussi peu convaincante après qu'un peu tout le monde eut parlé, ces derniers jours, de l'urgence d'aller chercher cette première victoire qui se fait attendre.

«Je ne peux pas parler pour tout le monde, je ne sais pas», a-t-il lancé.

Le but de McInerney, marqué lors d'une échappée à la 43e minute de jeu, a permis à l'Impact de prendre l'avance malgré une première demie sans âme des deux côtés. Quincy Amarikwa a égalé à la 54e en inscrivant son troisième filet de la saison, peu après un corner des visiteurs.

La conséquence, c'est que l'Impact se retrouve avec une fiche de 0-3-3. Ce sixième match sans victoire constitue une première dans l'histoire du club depuis sa saison inaugurale en 1993. Au pire, par le passé, le onze montréalais avait récolté son premier gain à son sixième match. Ç'a été le cas en 2012 — à titre d'équipe d'expansion en MLS —, ainsi qu'en 2001 et 2009, en deuxième division nord-américaine.

Le record de la ligue est de 11 matchs sans victoire au début d'une saison. Il appartient au Real Salt Lake, qui a affiché un dossier de 0-5-6 au départ de l'année 2007.

Patrice Bernier, qui a disputé la deuxième demie après avoir amorcé la rencontre sur le banc, a laissé entendre que l'équipe souffre peut-être d'un blocage psychologique.

«On est dans une phase où on n'a pas gagné et la confiance n'est pas à son sommet, alors quand tu prends un but, ça pèse un peu plus, a noté le capitaine. On n'est pas une équipe qui, présentement, a la confiance d'enchaîner après avoir encaissé un but et d'aller chercher l'énergie de plus pour aller marquer.

«Il faut continuer, il faut garder la tête haute, a toutefois affirmé Bernier, qui est venu remplacer Andres Romero après la pause de la mi-temps. La lumière au bout du tunnel, c'est de continuer à travailler. C'est de croire en nous, car on fait de bonnes choses.»

La lumière au bout du tunnel se trouve peut-être aussi du côté de McInerney, qui a marqué même s'il a — de son propre aveu — disputé un mauvais match.

«Sauf mon but, je n'ai pas bien fait du tout. J'ai perdu le ballon trop souvent en première demie et j'ai eu de la difficulté à entrer en possession du ballon en deuxième demie. C'est décevant», a lancé le jeune attaquant, qui a amorcé le match aux côtés de Marco Di Vaio.

Ce dernier a été l'auteur de la passe en profondeur qui a permis à McInerney de filer seul et de marquer. Di Vaio a vite relayé après que Felipe eut pris les visiteurs à contre-pied en récupérant le ballon au milieu du terrain.

La lumière, aussi, vient de la performance de Ouimette à titre de défenseur central aux côtés de Matteo Ferrari, ce qui a fait taire les doutes concernant la décision de laisser Hassoun Camara au banc en début de rencontre. Le défenseur français s'est amené en deuxième demie à titre de remplaçant pour Heath Pearce comme latéral droit, une position où plusieurs estiment qu'il est plus à l'aise que dans l'axe.

«Karl a disputé un match fantastique, a dit Klopas du jeune défenseur issu de l'Académie de l'Impact. Il a beaucoup de potentiel.»

La rencontre a été disputée devant 19 313 spectateurs. Il s'agit de la plus modeste assistance des trois matchs disputés au Stade olympique cette année, la première sous la barre des 20 000. L'Impact rendra visite au Sporting à Kansas City, samedi prochain, et inaugurera sa saison au stade Saputo dans deux semaines.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les équipes en MLS - saison 2014