NOUVELLES

Deux morts en 24h dans des affrontements dans le sud algérien

12/04/2014 09:33 EDT | Actualisé 12/06/2014 05:12 EDT

Un homme a été tué samedi matin à Ghardaïa, deuxième victime en moins de 24 heures des affrontements communautaires qui secouent cette région depuis plusieurs mois, a-t-on appris auprès d'habitants de cette ville du grand sud algérien.

Hassan Hadj-Chabane, un mozabite père de famille d'une quarantaine d'années, a été poignardé au petit matin, a déclaré à l'AFP, Hamou Mesbah de la fédération du Front des Forces Socialistes (FFS) de Ghardaïa

C'est le deuxième mozabite tué en moins de 24 heures dans la région.

Vendredi, une jeune homme a été abattu d'une balle de fusil de chasse à Berriane, à 45km au nord de Ghardaïa. Selon un responsable de la police algérienne, le tireur présumé a été arrêté samedi.

Un autre jeune du même âge était dans le coma vendredi soir, après avoir été également blessé par balles, a ajouté M. Mesbah, sans pouvoir donner plus de précisions.

Une source médicale locale citée par l'agence APS a indiqué que des dizaines de personnes, dont deux policiers, avaient été blessées dans les violences.

Les affrontements ont éclaté à la sortie d'une mosquée à Berriane, à l'issue de la grande prière du vendredi, a précisé cette source.

Des cocktails Molotov et des pierres ont été lancés lors d'affrontements entre mozabites (berbères) et chaambas (arabes), provoquant l'interruption du trafic automobile sur un important axe routier reliant le nord et le sud de l'Algérie, selon la même source.

Les forces de l'ordre ont tiré des grenades lacrymogènes pour disperser les groupes rivaux, mais les heurts se sont propagés à plusieurs quartiers de la ville où des commerces et des habitations ont été pillés et incendiés, selon la même source.

Ghardaïa, chef-lieu de la province éponyme inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco, voit cohabiter depuis des siècles les communautés mozabite et chaâmba, mais depuis plusieurs mois, les tensions sont vives et des affrontements meurtriers, notamment en raison de différends d'ordre foncier, ont opposé les deux communautés à plusieurs reprises.

Entre décembre et mars, les heurts, ont fait quatre morts parmi les Mozabites, trois morts parmi les Chaâmbas, et plus de 400 blessés.

abh-amb/ao/cbo

PLUS:hp