NOUVELLES

Venezuela: François demande aux parties en conflit d'avoir "l'héroïsme du pardon"

11/04/2014 05:57 EDT | Actualisé 11/06/2014 05:12 EDT

Le pape François a demandé un dialogue "courageux" entre opposition et gouvernement vénézuéliens, les exhortant à avoir "l'héroïsme du pardon", "une voie longue et difficile qui est la seule pouvant conduire à la paix" interne.

Le Saint-Siège a rendu public vendredi le message qui a été lu jeudi à Caracas par le nonce Aldo Giordano devant les parties en présence lors de la première session de ce dialogue de paix.

Le message est adressé au président Nicolas Maduro, aux membres du gouvernement, aux représentants de la Table de l'Unité démocratique (MUD, opposition) et aux délégués de l'Union des nations sud-américaines (Unasur), qui favorisent la médiation.

Le gouvernement socialiste vénézuélien avait souhaité que le secrétaire d'Etat Pietro Parolin, ancien nonce dans le pays, puisse être l'un des médiateurs dans ce conflit.

Le pape ne répond pas à cette demande précise, mais le Vatican est représenté par le nonce: "Je vous remercie de l'invitation qui a été adressée au Saint-Siège de participer au processus de dialogue et de paix pour votre pays très aimé", se contente de déclarer François.

"Le moment actuel de polarisation et de conflit blesse profondément le Venezuela (...). Tous, vous avez la foi en Dieu et la volonté de défendre la dignité de la personne humaine", affirme le pape, en faisant référence au fait qu'une très grande majorité des Vénézuéliens sont chrétiens, pour la plupart catholiques.

"Au coeur de tout dialogue sincère, il y a avant tout la reconnaissance et le respect de l'autre. Avant tout, c'est l'héroïsme du pardon et de la miséricorde qui nous libère du ressentiment, de la haine et ouvre une voie vraiment nouvelle. Il s'agit d'une route longue et difficile, qui requiert patience et courage, mais qui est la seule à pouvoir conduire à la paix et à la justice. Pour le bien de tout le peuple et pour le futur de vos enfants, je vous exhorte à avoir ce courage", demande le pape argentin, dans sa première intervention dans une crise politique nationale sur son continent d'origine.

jlv/fka/ros

PLUS:hp