NOUVELLES

Le chef intérimaire du PQ souhaite une transition ordonnée

11/04/2014 08:58 EDT | Actualisé 11/06/2014 05:12 EDT

Le nouveau chef parlementaire du Parti québécois, Stéphane Bédard, entend utiliser judicieusement le temps qui s'offre à son parti pour se relever, assurer une opposition constructive et préparer la course à la direction.

En entrevue sur les ondes de Radio-Canada vendredi, le député de Chicoutimi a expliqué avoir été sonné mardi matin par le verdict de la population qui a élu un gouvernement libéral majoritaire, infligeant au passage une cuisante défaite au Parti québécois.

Le choc initial étant passé, Stéphane Bédard, qui a été désigné par ses pairs jeudi soir pour tenir les rênes du parti en attendant un nouveau chef, entend dans un premier temps assurer une transition ordonnée du pouvoir au nouveau gouvernement libéral que dirigera Philippe Couillard.

En terme de priorité, Stéphane Bédard affirme que son parti entend conserver les mêmes priorités que lorsqu'il était au pouvoir, c'est-à-dire l'intérêt public, le bien commun et l'intégrité, entre autres.

Réorganisation et examen de conscience

Dans un deuxième temps, le PQ doit se réorganiser et composer avec les départs et les démissions afin d'assurer une opposition constructive et à l'Assemblée nationale, estime M. Bédard.

Il va sans dire que d'importantes réflexions attendent les membres du parti à la suite de cette défaite historique du gouvernement Marois qui détenait pourtant près de 40 % des intentions de vote au début de la campagne électorale.

« Il y a des gens qui ont de l'amertume et c'est normal. Il y a des gens qui ont vécu des défaites, il y a eu des victoires, mais aussi beaucoup de défaites. Ce qu'on a vu surtout c'est des gens qui ont envie de continuer », assure le chef parlementaire par intérim du PQ.

En ce qui a trait à la réflexion qui attend le parti, Stéphane Bédard n'entend pas là non plus bousculer les choses. « On a du temps et on va l'utiliser » , a déclaré M. Bédard sur les ondes d'ICI Première.

« À l'interne, il faut faire une réflexion, oui, mais elle doit être ordonnée. Autrement dit : qu'est-ce qui a fonctionné et qu'est-ce qui n'a pas fonctionné? Comment est-ce qu'on peut préparer la venue du nouveau chef? », questionne M. Bédard.

Outre la défaite de son parti, Stéphane Bédard entend également inviter ses collègues à se pencher sur le type de campagne qui a été menée cette année. Une campagne qui a été très exigeante, de l'avis de plusieurs.

En ce qui a trait à la course à la direction du Parti québécois, Stéphane Bédard a affirmé qu'il sera tout à fait neutre et impartial dans le processus en dépit du fait que plusieurs des députés qui brigueront le poste sont des amis et des collègues. À titre de chef intérimaire, Stéphane Bédard ne pourra par ailleurs briguer lui-même la direction du PQ.

Les 30 députés élus du Parti québécois ont choisi à l'unanimité Stéphane Bédard comme nouveau chef par intérim jeudi. L'ancien président du Conseil du Trésor devra assurer la cohésion de son parti en Chambre, en attendant la course à la direction pour trouver un successeur à Pauline Marois.

Bien qu'ils refusent d'en parler pour l'instant, Pierre Karl Péladeau, Bernard Drainville et Jean-François Lisée nourriraient  l'ambition de succéder à Pauline Marois. Leur discours partisan au soir de la défaite de leur chef a renforcé cette impression. 

Mais ils ne seraient pas les seuls à convoiter la tête du PQ. Sylvain Gaudreault, ancien ministre des Transports et des Affaires municipales, et Véronique Hivon, qui a porté le projet de loi Mourir dans la dignité, songeraient aussi à se présenter, selon nos informations. 

Réjean Hébert, qui a été défait dans Saint-François, n'a pas écarté lui non plus cette possibilité à la sortie d'une rencontre entre tous les candidats péquistes en après-midi. « Je n'exclus aucune hypothèse à ce moment-ci, ni sur ma carrière politique, ni sur ma carrière professionnelle », a-t-il dit.

Par ailleurs, le conseil des ministres sortant se réunira une dernière fois le 16 avril prochain. La passation des pouvoirs à l'équipe libérale devrait se faire le 23 avril.

PLUS:rc