NOUVELLES

Colombie: pause pascale des négociations de paix jusqu'au 24 avril

11/04/2014 02:39 EDT | Actualisé 11/06/2014 05:12 EDT

Le gouvernement colombien et la guérilla des Farc ont conclu vendredi à La Havane avec des "avancées" leur 23e cycle de négociations de paix, avant d'observer une pause pour la Pâque catholique et de reprendre leurs pourparlers le 24 avril.

"Nous avançons dans les discussions et la construction d'accords sur les trois points" de leur troisième thème de pourparlers, le trafic de drogue, a indiqué un communiqué conjoint des deux parties.

Les délégations du gouvernement du président Juan Manuel Santos et des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) ont déjà conclu deux accords partiels sur les deux premiers -et les plus importants- des six points de l'ordre du jour des négociations, le développement rural et la participation de la guérilla à la vie politique.

"Les deux délégations partagent l'opinion qu'une solution définitive au problème de la drogue doit s'inscrire dans le cadre de la Réforme rurale intégrale (premier point de l'ordre du jour déjà conclu) et doit se construire de manière à intégrer les communautés rurales", ajoute le communiqué commun.

Après le trafic de drogue, les deux parties devront aborder les dédommagements aux victimes de ce conflit d'un demi-siècle, le plus vieux d'Amérique latine, la fin effective des opérations armées et le processus de ratification d'un éventuel accord général de paix.

En clôture du cycle de conversations, les Farc ont réitéré leur appel à la création d'une "commission de la vérité" sur le conflit armé en Colombie.

"Il est urgent, pour ne pas interrompre le rythme vers la paix, de retirer les obstacles à la formation de cette commission visant à établir les origines du conflit et ses responsables", a déclaré à la presse le chef de la délégation des Farc, Ivan Marquez.

La constitution de cette commission constitue "un pas nécessaire pour aborder le thème des victimes", a ajouté le numéro deux des Farc.

Le gouvernement colombien a exprimé son accord à la création d'une telle commission de la vérité, mais seulement après la conclusion d'un accord de paix général.

fj-jhd/ag/plh

PLUS:hp