NOUVELLES

Syrie: Les jihadistes de l'EIIL entrent dans une ville frontalière avec l'Irak

10/04/2014 04:36 EDT | Actualisé 09/06/2014 05:12 EDT

Les jihadistes de l'État islamique en Irak et au Levant (EIIL) ont pénétré jeudi dans la ville frontalière Boukamal et avancent vers le poste-frontière pour tenter de faire la jonction avec leurs frères d'armes en Irak, selon une ONG.

Parallèlement, le Front al-Nosra, la branche syrienne d'al-Qaïda, a revendiqué jeudi le double attentat à la voiture piégée qui a fait au moins 25 morts et plus de 100 blessés mercredi dans un quartier à majorité alaouite de Homs (centre).

"Depuis l'aube, il y a de violents combats à l'intérieur de Boukamal. L'EIIL avance et s'est emparé de plusieurs quartiers qui était jusqu'à présent contrôlés par le Front al-Nosra et des brigades islamistes", a affirmé à l'AFP le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane.

Ces combats ont fait au total 24 morts dans les deux camps, selon l'OSDH, qui s'appuie sur un vaste réseau de militants et de sources médicales.

Depuis janvier, les rebelles islamistes et le Front al-Nosra sont en guerre contre leur ancien allié, l'EIIL, une organisation jihadiste ultra-radicale et d'une brutalité inouïe.

"Nous contrôlons toujours le poste-frontière avec l'Irak. L'EIIL a attaqué nos positions à Boukamal et des combats ont lieu depuis mercredi dans trois secteurs à 15 km du centre de la ville. Les affrontements se poursuivent aujourd'hui", a affirmé jeudi à l'AFP le capitaine rebelle Abou Hassan, membre de l'Armée syrienne libre (ASL, rebelles).

Le correspondant de l'AFP dans la ville irakienne de Qaïm, de l'autre côté de la frontière, a constaté que les drapeaux de l'ASL étaient toujours en place.

- Avancée sur trois axes -

Située dans la province de Deir Ezzor, la ville de Boukamal, qui comptait 70.000 habitants avant le soulèvement de mars 2011, est aux mains de la rébellion depuis novembre 2012, après plusieurs tentatives du régime de la reprendre en main.

Chassé de la province de Deir Ezzor début février, l'EIIL tente depuis peu de reprendre pied dans cette région riche en pétrole et en gaz.

Le groupe jihadiste avance sur trois axes, au nord à partir de la province de Hassaké, au sud à partir du désert et à l'est à partir de la frontière irakienne.

Dans le même temps, le Front al-Nosra a affirmé dans un communiqué sur Twitter qu'il avait "pu pénétrer à l'intérieur du quartier de Karm al-Loz, un des bastions des chabiha (miliciens) du régime et garer deux voitures piégées, qui ont explosé à une demi-heure d'intervalle mercredi lors d'un rassemblement des chabiha".

Jeudi à Alep, les rebelles ont avancé dans le quartier de Zarha, dans le nord-ouest de la ville. Le Front al-Nosra et les groupes islamistes ont pris un immeuble près du siège des services de renseignements de l'armée de l'air, que la rebellion visait depuis près de deux ans, selon l'OSDH.

Plus au sud, 14 personnes, dont des femmes et des enfants, ont été tuées par des inconnus jeudi à Karm al Zeitoun, dans la province de Homs (centre).

Selon l'OSDH, l'attaque a été menée par des miliciens pro-régime, mais l'agence officielle Sana a assuré qu'il s'agissait "d'un groupe terroriste armée", terme utilisé par le régime pour évoquer les rebelles.

kam/sk/fcc

PLUS:hp