NOUVELLES

Soudan du Sud: Washington sanctionnera les protagonistes du conflit

10/04/2014 06:39 EDT | Actualisé 10/06/2014 05:12 EDT

Les Etats-Unis, parrains de l'indépendance du Soudan du Sud, prendront des sanctions "ciblées" contre les protagonistes du conflit armé qui ravage cette jeune nation depuis quatre mois, a prévenu jeudi le département d'Etat.

Le secrétaire d'Etat John Kerry a reçu un ministre sud-soudanais, Awan Riak, a annoncé dans un communiqué la diplomatie américaine, alors que le pays né en juillet 2011 est la proie d'une guerre civile entre l'armée du président Salva Kiir et des mutins fidèles à l'ancien vice-président Riek Machar.

Le président Barack Obama avait autorisé par décret le 3 avril ses administrations à imposer des mesures punitives (gels d'avoirs, interdictions de visas) contre toute personne au Soudan du Sud menaçant les efforts de paix, visant les Nations unies sur place ou violant les droits de l'homme.

Ces "sanctions ciblées peuvent et seront utilisées contre ceux qui alimentent le conflit en sapant le processus démocratique et les institutions ou en entravant le processus de paix ou encore contre ceux qui violent les droits de l'homme" a mis en garde le département d'Etat en rendant compte des entretiens entre MM. Kerry et Riak.

Lors d'une "discussion franche", le secrétaire d'Etat a prévenu son hôte que les Etats-Unis "n'attendraient pas pendant que des protagonistes destructeurs et à courte vue retiennent en otages les espoirs d'une nation".

Le conflit sud-soudanais, qui a fait des milliers de morts et près de 900.000 déplacés, a éclaté le 15 décembre dans la capitale Juba, avant de s'étendre à d'autres Etats importants de ce pays producteur de pétrole.

Il oppose des soldats loyaux au gouvernement à des militaires mutins qui ont rejoint l'ex-vice président Machar, limogé à l'été 2013. Le président Kiir accuse son rival de tentative de coup d'Etat. M. Machar nie et reproche au président de vouloir faire le ménage au sein du parti au pouvoir avant des élections en 2015.

Les deux camps avaient signé le 23 janvier un cessez-le-feu. Mais la trêve n'a depuis cessé d'être violée. Un deuxième cycle de pourparlers de paix qui avait brièvement repris fin mars à Addis Abeba a été suspendu jusqu'à la fin avril.

Les Etats-Unis, pays qui a le plus oeuvré à la naissance du Soudan du Sud, ont multiplié ces deux derniers mois les pressions sur les belligérants pour éviter un éclatement de la plus jeune nation de la planète.

nr/mdm

PLUS:hp