NOUVELLES

Reprise du contre-interrogatoire musclé d'Oscar Pistorius

10/04/2014 04:03 EDT | Actualisé 09/06/2014 05:12 EDT

Le contre-interrogatoire du champion paralympique sud-africain Oscar Pistorius, accusé d'avoir assassiné sa petite amie Reeva Steenkamp en 2013, a repris jeudi à Pretoria avec un passage au crible des relations du jeune couple avant le drame.

"Je n'ai jamais eu l'occasion de dire à Reeva que je l'aimais", a noté, ému, l'athlète, qui la connaissait depuis à peine plus de trois mois, quand le procureur Gerrie Nel remarquait que les nombreux messages échangés par les deux amants, dont certains faisaient part de difficultés, surtout liés à sa jalousie, ne parlaient jamais d'amour.

M. Nel lui a ensuite longuement demandé pourquoi il s'était excusé lundi, au début de sa déposition, et s'il se sentait mieux. Et surtout de quoi. "Je suis terriblement désolé de lui avoir enlevé la vie", a lâché Pistorius.

Le procureur n'avait déjà pas ménagé l'accusé mercredi, fouillant dans les contradictions du sportif, lui faisant admettre des ajouts à sa déposition, "créés" a posteriori après lecture du dossier, l'accusant de mentir ou d'avoir répété avec son avocat Barry Roux.

D'emblée, il avait frappé fort en diffusant une vidéo montrant Pistorius dans un stand de tir, tirant sur une pastèque et disant "c'est plus mou qu'un cerveau", avant de projeter immédiatement après une photo du visage ensanglanté de Reeva.

"Dites oui, j'ai tiré sur Reeva Steenkamp et je l'ai tuée", a tonné le procureur. "Oui, je l'ai fait, madame le juge", a répondu Oscar Pistorius, à qui il n'a pas fait admettre l'intention homicide qui pourrait lui coûter vingt-cinq ans de prison.

"Non madame, je n'avais pas l'intention de tuer Reeva, ni personne d'autre", a assuré l'athlète à la juge. Et de multiplier les variations sur le même thème: "J'ai tiré par peur", "J'ai tiré avant de réfléchir", "Je n'ai pas eu le temps de réfléchir à ce que je faisais", "J'avais l'arme, le doigt sur la gâchette, c'est un accident qui est arrivé"...

L'athlète, âgée de 27 ans, explique qu'il a tué par erreur son amie à 03H17 (01H17 GMT) au matin de la Saint-Valentin 2013, la prenant pour un cambrioleur caché dans ses toilettes.

L'accusation croit au contraire que le couple s'était violemment disputé et qu'il l'a abattue sciemment.

bur-liu/cpb/aub

PLUS:hp