POLITIQUE

Un proche de la mafia pourrait être impliqué dans l'achat de l'hôtel le Concorde à Québec

10/04/2014 06:44 EDT | Actualisé 10/06/2014 05:12 EDT
Radio-Canada

Un homme d'affaires proche de la mafia montréalaise, Tony Magi, pourrait être l'un des investisseurs derrière le projet de condos-hôtel au Concorde, selon des informations obtenues par la Ville de Québec. C'est la raison pour laquelle l'administration Labeaume a décidé d'adopter en catastrophe mardi soir un règlement intérimaire qui bloque le projet.

Le maire Régis Labeaume s'est fait confier cette information par deux sources différentes la semaine dernière. Il n'en a pas eu la confirmation, mais il n'a voulu courir aucun risque.

« Ça a pris 30 secondes et il a tout de suite appelé le contentieux de la Ville », a raconté son attaché de presse Paul-Christian Nolin.

« C'est délicat, c'est une transaction privée, mais en même temps il faut qu'on préserve l'intérêt des citoyens, l'intérêt de la Ville et la vocation hôtelière du Concorde », explique M. Nolin.

Mardi, le maire Labeaume se disait « mal à l'aise » face à la vente du Concorde à un groupe d'investisseurs dont l'identité n'est pas connue, mais il était demeuré avare de commentaires pour expliquer la volte-face de la Ville dans le dossier.

Le soir, les élus ont adopté un règlement de contrôle intérimaire qui autorise seulement une vocation hôtelière, sans condos, au Concorde.

Le propriétaire du Concorde, Eddy Savoie, aussi président des Résidences Soleil, soutient qu'il ignorait tout de cette affaire. Il affirme que le nom de Tony Magi ne lui dit absolument rien.

« Les gens nous disent, on a des investisseurs, nous autres, on ne peut pas savoir », a indiqué M. Savoie.

Me Stéphane Harvey, qui représente le groupe d'investisseurs, dit lui aussi n'avoir jamais entendu le nom de Magi dans le dossier.

Le groupe Riôtel intéressé

Alors que le doute plane sur le projet de condos-hôtel au Concorde, le groupe hôtelier Riôtel de Matane sort de l'ombre et se dit très intéressé à acheter l'hôtel de la Grande Allée et à conserver sa vocation hôtelière à 100 %.

Le président du groupe François Rioux affirme « regarder le dossier du Concorde depuis quelques mois ». Il dit qu'une personne de son groupe a contacté le nouveau propriétaire de l'immeuble Eddy Savoie, mais son appel est demeuré sans réponse.

L'homme d'affaires dit vouloir installer sa bannière à Québec depuis quelques années. « Le Concorde rentre absolument dans l'axe des endroits que l'on considère à Québec », dit-il.

François Rioux affirme qu'il réinvestirait plusieurs millions de dollars dans l'hôtel et que son plan de relance est déjà prêt.

L'hôtelier soutient même avoir rencontré « à quelques reprises » des représentants de la Confédération des syndicats nationaux, qui représentait les employés du Concorde. Une information confirmée par la présidente du Conseil central Québec-Chaudière-Appalaches, Ann Gingras.

Le groupe Riôtel a des hôtels à Matane, à Percé, à Bonaventure et en Floride.