NOUVELLES

Jim Flaherty est mort

10/04/2014 02:22 EDT | Actualisé 09/06/2014 05:12 EDT

L'ex-ministre des Finances du Canada Jim Flaherty est décédé à l'âge de 64 ans. Il a subi un malaise cardiaque en début d'après-midi, à sa résidence d'Ottawa. 

Jim Flaherty a annoncé son départ de la vie politique en mars. Il était depuis 2006 le ministre des Finances du premier ministre Stephen Harper.

Il a dû gérer la pire crise économique depuis les années 1930. C'est aussi lui qui a abaissé la TPS de 7 % à 5 %.

Avant d'être député aux Communes, il a siégé à Queen's Park, à Toronto, de 1995 à 2005. 

Originaire de Lachine, au Québec, il a pratiqué le droit avant de faire son entrée en politique provinciale en 1995 pour l'équipe conservatrice de Mike Harris, en Ontario.

Jim Flaherty souffrait d'une grave maladie de la peau mais, lors de son départ il y a un mois, il avait précisé qu'il ne démissionnait pas pour des raisons de santé.

Un homme apprécié

Lorsque la nouvelle de sa mort est tombée en après-midi, la Chambre des communes a suspendu ses travaux.

Le premier ministre Stephen Harper a déclaré qu'il s'agissait d'une « journée très triste pour son gouvernement et tout le pays ». Il a offert ses condoléances à la femme et aux enfants de Jim Flaherty, parlant de lui comme de son partenaire et ami.

Avec une grande émotion dans la voix, le chef de l'opposition officielle, Thomas Mulcair, a lui aussi offert ses condoléances à la famille. « Catherine et moi avons appris avec beaucoup de tristesse le décès de Jim Flaherty, un collègue que j'ai eu le plaisir de connaître pendant un bon moment. » Les deux hommes se sont côtoyés durant leur jeunesse au Québec.

« Jim Flaherty était une très bonne personne [...] et il va nous manquer », a ajouté M. Mulcair.

Le député libéral Stéphane Dion a souligné, comme d'autres, le dévouement de M. Flaherty envers les Canadiens. « Tous les Canadiens avaient un immense respect pour M. Flaherty, qu'ils aient été d'accord ou non avec sa politique. Il a inspiré la confiance des Canadiens comme ministre des Finances. En plus, il semblait tellement aimer son métier, tellement aimer servir les Canadiens. C'était impossible de le voir malheureux, il était toujours heureux. Toujours content de servir. L'esprit de service de M. Flaherty va rester dans nos mémoires pour toujours. »

Selon l'ancien premier ministre du Québec Jean Charest, Jim Flaherty était un homme agréable, mais très ferme, qui a bien travaillé avec les ministres des Finances de son gouvernement malgré certains désaccords. 

L'un d'eux est l'ancien ministre québécois Raymond Bachand, qui affirme aujourd'hui que M. Flaherty est « un des plus grands ministres des Finances que le pays ait eus ». « C'était un passionné du Canada, de la santé économique du pays. Il a su mettre l'idéologie de côté quand est venue la grande crise. Évidemment, ce n'est pas l'idéologie des conservateurs d'intervenir dans l'économie, mais il était plus préoccupé par la santé du Canada, de ses entreprises et de ses citoyens, alors il est intervenu massivement », rappelle-t-il.

Selon lui, on retiendra de M. Flaherty qu'il « a su s'ajuster constamment aux aléas pour soutenir notre économie et pour ramener le gouvernement dans la ligne de la discipline budgétaire ».

Le ministre des Finances du gouvernement péquiste sortant, Nicolas Marceau, respectait l'homme: « Nous avions de bons rapports. Monsieur Flaherty était dans le privé un homme chaleureux, un homme avec lequel j'ai eu de bons contacts. Il a toujours été fidèle à ses convictions. Bien sûr, on a eu nos différends, mais chacun, de notre point de vue, nous étions fidèles à nos convictions, mais je pense qu'il faut saluer l'homme qu'a été monsieur Flaherty » a déclaré Nicolas Marceau en point de presse jeudi.

D'actuels et d'anciens premiers ministres d'autres provinces canadiennes ont été nombreux à souligner l'apport de l'ex-ministre des Finances à l'économie canadienne.  

Le maire de Toronto, Rob Ford, qui est un ami de longue date de Jim Flaherty, s'est dit bouleversé sur Twitter. « La famille Ford a le coeur brisé. »

La femme de Jim Flaherty et ses trois fils ont publié un communiqué confirmant la nouvelle dans lequel ils se disent « reconnaissants » qu'il ait été « aussi bien appuyé dans sa vie publique par les Canadiens d'un océan à l'autre et par ses collègues à l'international ». Ils souhaitent maintenant vivre leur deuil dans le privé.

Le G20 en deuil

Le décès de M. Flaherty est survenu alors que ses anciens homologues des pays du G20 sont réunis à Washington. Le successeur de Jim Flaherty, Joe Oliver, qui assistait à un sommet international pour la première fois depuis son entrée en poste, a été invité à dire quelques mots.

Il a raconté à quel point le défunt l'avait aidé lors de son arrivée en politique et l'impact qu'il avait eu lors de la crise financière.

Les ministres australiens et français des Finances ont salué la carrière et la personnalité de Jim Flaherty.

PLUS:rc