NOUVELLES

Harcèlement scolaire: une école néerlandaise veut bloquer une caméra cachée

10/04/2014 07:30 EDT | Actualisé 10/06/2014 05:12 EDT

Une école néerlandaise se préparait jeudi à saisir la justice après qu'une chaîne de télévision eût équipé un de ses élèves d'une caméra cachée pour filmer comment il était harcelé par d'autres adolescents.

Dans un pays particulièrement sensible aux questions de vie privée, le débat sur l'éthique du procédé, une caméra cachée filmant des enfants dans le but d'enrayer le harcèlement scolaire, divise.

"Nous allons saisir la justice en référé" dans le but d'empêcher la diffusion des images, a déclaré à l'AFP Peter Smit, un porte-parole de l'école Einstein de Rotterdam (ouest).

La diffusion du premier épisode de la série sur la chaîne de télévision privée RTL 5 est prévue le 28 avril. Parmi les présentateurs figure Johnny de Mol, fils de John de Mol, le créateur de l'émission de téléréalité "Big Brother".

RTL 5 a indiqué avoir filmé dans quatre écoles, qui ont, selon elle, toutes coopéré avec la chaîne de télévision, à l'exception de l'école Einstein.

La chaîne a affirmé que les écoles ayant coopéré ont eu leur mot à dire dans le choix des images qui seront diffusées, mais qu'elles ont pris connaissance des méthodes employées seulement après que les images aient été tournées.

L'école Einstein accuse RTL 5 de violer les droits des élèves filmés, âgés de 11 à 13 ans, et de chercher le sensationnalisme, ce dont la chaîne se défend.

Dans cette émission, intitulée "Projet P." et produite par la société néerlandaise Skyhigh, RTL 5 équipe de caméras cachées des enfants se disant victimes de harcèlement à l'école, physique ou moral.

"Nous traitons les images tournées avec les caméras cachées avec intégrité et responsabilité", a soutenu RTL 5 dans un communiqué : "les harceleurs ne peuvent pas être reconnus".

"Le but du programme est de montrer ce que doit endurer un enfant harcelé sans pour autant stigmatiser qui que ce soit", a ajouté la chaîne de télévision.

Une confrontation avec le directeur de l'école et la classe de l'élève est organisée dans le but de "résoudre le problème", selon RTL 5, qui a affirmé qu'aucun enfant n'était reconnaissable à l'écran.

"Des enregistrements vidéos réalisés à l'aide de caméras cachées dans un environnement sûr, comme l'est celui d'une école, est inacceptable", soutient pourtant l'école Einstein.

L'établissement assure en outre que des élèves de l'école ont été bloqués sur une piste cyclable par les producteurs de l'émission, qui les ont obligés à regarder les images tournées dans l'école.

Ils les auraient également forcés à "faire la paix" avec l'élève se disant victime de harcèlements, notamment en leur "tapant dans la main".

RTL 5 nie avoir agi de la sorte.

Quelque 12% des 90.000 enfants néerlandais ayant participé en 2012 à une enquête en ligne ont dit avoir été victime de harcèlement à l'école.

cjo-ndy-jhe/mbr/ia

PLUS:hp