NOUVELLES

Le Rassemblement pour la laïcité entend poursuivre sa lutte

10/04/2014 05:54 EDT | Actualisé 06/06/2014 02:14 EDT
Shutterstock
muslim middle eastern female...

Même si le Parti québécois (PQ) a mordu la poussière lors de l’élection de lundi dernier, pas question pour les membres du Rassemblement pour la laïcité de baisser les bras. La laïcité est «un enjeu de société» qu’il faut régler, estime sa coordonnatrice, Michèle Sirois.

«La laïcité est un projet de société, réaffirme-t-elle. Le PQ était un véhicule pour la laïcité, mais nous sommes un rassemblement non partisan et nous allons continuer à nous battre.»

Fondé en août 2013, le Rassemblement pour la laïcité regroupe une vingtaine d’associations de tous les genres, incluant la défense des droits des femmes et l’égalité pour tous. Pour sa fondatrice et coordonnatrice, «il est important de ne pas abandonner» pour préserver et maintenir «la paix sociale».

«On s’en va vers un mur si on ne fait rien. De notre côté, on n’abandonne pas, avec ou sans le Parti québécois. Il reste encore beaucoup de chemin à faire et il faut défendre ce projet de société pour le droit des femmes et pour la paix entre les différentes communautés», estime Michèle Sirois.

Pour le moment, les membres du Rassemblement prendront un temps de réflexion afin de penser et mettre en place les stratégies et actions souhaitées.

Par ailleurs, Mme Sirois dit être inquiète de l’arrivée au pouvoir du gouvernement libéral, et ce, même si le nouveau premier ministre, Philippe Couillard, s’est engagé à présenter une charte de la laïcité modifiée à l’Assemblée nationale.

Une promesse que la coordonnatrice du Rassemblement ne pense pas que Philippe Couillard tiendra dans les prochains mois. «Quel est le lobby qui va avoir le plus d’influence selon vous? Philippe Couillard a un retour d’ascenseur à faire envers ces groupes qui l’ont aidé à se faire élire après cette élection. Ce qui fait que je suis très méfiante», dit-elle.

Dans le même sens, Mme Sirois s’est dite attristée par les discours «triomphants» de certains groupes islamiques et musulmans. «Il ne faut pas reculer. Après la divulgation des résultats, lundi soir, certains avaient un ton triomphant et se sentaient décomplexés, dit-elle. Ils se comportent comme si leur chef était désormais Couillard.»

Par ailleurs, la coordonnatrice dénonce la couverture médiatique de certains organes de presse, dont les informations véhiculées étaient, dit-elle, «totalement biaisées» concernant la charte de la laïcité.

INOLTRE SU HUFFPOST

12 promesses de Philippe Couillard