POLITIQUE

Compressions de 130 millions à Radio-Canada/CBC (TWITTER)

10/04/2014 11:56 EDT | Actualisé 10/06/2014 05:12 EDT
CP

Le couperet tombe durement à Radio-Canada/CBC. La société d'État annonce de nouvelles compressions qui s'élèvent à 130 millions de dollars, ce qui entraînera la suppression de l'équivalent de 657 postes à temps plein au cours des deux prochaines années.

Il s'agit de la troisième vague de compressions depuis 2009, pour un total de 2100 emplois abolis.

  • Le manque à gagner du côté français est de 44,2 millions de dollars, sur deux ans, et de 82 millions de dollars du côté anglais.
  • Des 657 emplois qui disparaissent, 334 toucheront le réseau anglais, 312 toucheront le réseau français (dont 230 cette année), et neuf postes dits institutionnels seront supprimés.

Dans son allocution aux employés de partout au pays, Hubert Lacroix a affirmé que la société d'État n'avait pas les moyens d'offrir aux employés un programme de retraite volontaire.

Les sports lourdement touchés

Les services des sports, tant en anglais qu'en français, seront réduits de manière substantielle, a indiqué M.Lacroix. Au service français des sports, 55 des 75 employés perdront leur emploi.

En outre, Radio-Canada/CBC ne concurrencera plus les radiodiffuseurs privés pour les droits relativement à la diffusion des sports professionnels et couvrira moins d'événements sportifs, incluant le sport amateur. De plus, le bulletin sportif de fin de soirée à la télévision est aboli.

Rappelons que le 26 novembre dernier, la Ligue nationale de hockey avait annoncé qu'elle avait cédé les droits de diffusion de ses matchs au Groupe Rogers Communications pour les 12 prochaines années. CBC conservera toutefois la présentation des rencontres du samedi soir au cours des quatre prochaines années. L'entente comprend aussi la finale de la Coupe Stanley. Cependant, le diffuseur public ne retirera aucun revenu de ce pacte, qui fait de lui un simple diffuseur de portée nationale.

Outre la décision de la LNH, d'autres obstacles se dressent devant Radio-Canada/CBC :

  • l'affaissement du marché publicitaire dans toute l'industrie;
  • le rendement de la grille de CBC Television, qui est inférieur aux prévisions dans le groupe démographique clé des 25-54 ans;
  • des revenus publicitaires qui sont moins élevés que prévu pour Espace Musique et CBC Radio.

Relativement aux revenus publicitaires décevants, Hubert Lacroix a reconnu qu'on « aurait pu améliorer notre façon de faire les choses avec les agences publicitaires. C'est une occasion ratée », a-t-il conclu.

Il y a aussi le fait que Radio-Canada/CBC doit composer avec la perte de 115 millions de dollars infligée en 2012 par le gouvernement canadien dans le cadre du programme de réduction du déficit. Une fois les ajustements effectués, « on a fait une ponction de 200 millions de dollars », a déclaré Hubert Lacroix.

Le PDG de Radio-Canada assure toutefois qu'il fait tout ce qu'il peut pour obtenir un meilleur financement de la part du gouvernement. « Il est évident que mes conversations depuis des années ont toujours été pour un financement pluriannuel, un financement stable, un financement qui nous permettrait de pouvoir planifier sur plus d'une année », a indiqué M. Lacroix.

Jour sombre, selon les syndicats

« C'est un peu le jour de la marmotte : 2009, 2012, et maintenant 2014. C'est décourageant de voir à quel point ce diffuseur public est en train de réduire comme peau de chagrin, année après année, compression après compression », a réagi le président du Syndicat des communications de Radio-Canada (SCRC), Alex Levasseur. 

« La direction a pris une tangente qui est celle de remplacer les fonds publics par des revenus publicitaires, ce qui fait en sorte qu'on a des problèmes de revenus, parce qu'on n'est pas capable de performer aussi bien. Mais ce n'est pas notre rôle de performer », dit-il.

Le SCRC, comme le Syndicat des techniciens et des artisans du service français de Radio-Canada, laisse entendre que la direction devrait commencer par s'attaquer au nombre de cadres dans la boîte.

Quant à la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ), elle « déplore vivement les compressions annoncées par CBC/Radio-Canada et s'inquiète de leur impact sur l'information journalistique au pays ». La FPJQ note que 47 postes seront supprimés au service de l'information  français. « Des compressions d'une telle importance dans n'importe quelle salle de nouvelles minent la diversité de l'information et menacent le droit du public à l'information », déplore la fédération.

La FPJQ demande à la direction de Radio-Canada de faire pression sur Ottawa afin que le financement du diffuseur national soit revu à la hausse, et réclame un débat public afin d'assurer la pérennité de la société d'État.

Réactions politiques

Le Nouveau parti démocratique (NPD) s'est dit « profondément attristé » que des artisans de Radio-Canada perdent leur emploi. Le porte-parole du NPD en matière de patrimoine, Pierre Nantel, a indiqué qu'il s'inquiétait, car la société d'État n'a pas de financement « stable » et « adéquat » à long terme.

« Malheureusement, les conservateurs préfèrent affaiblir et malmener la société d'État avec des compressions idéologiques, et ce, alors même qu'elle doit faire face à un environnement concurrentiel difficile », lit-on dans le communiqué de M. Nantel.

Le maire de Montréal, Denis Coderre, s'est dit particulièrement interpellé par l'annonce, car le service des sports de Radio-Canada va être touché de manière significative.

Mercredi, à la Chambre des Communes, alors qu'elle répondait à une question du député Pierre Nantel, la ministre du Patrimoine et des Langues officielles, Shelly Glover, avait déclaré que Radio-Canada avait assez d'argent pour remplir son mandat.

Les employés touchés seront avisés d'ici la fin du mois d'avril.

INOLTRE SU HUFFPOST

Compressions à Radio-Canada (10 avril 2014)