NOUVELLES

Attentat de Boston: les Russes n'ont pas tout dit au FBI (média)

10/04/2014 09:14 EDT | Actualisé 10/06/2014 05:12 EDT

Les Russes n'ont pas partagé avec le FBI toutes les informations qu'ils détenaient sur l'un des suspects de l'attentat du marathon de Boston deux ans avant l'attaque, affirme le New York Times.

L'attentat avait fait 3 morts et 264 blessés le 15 avril dernier, quand deux bombes artisanales placées dans des cocottes-minute avaient explosé quasi-simultanément dans la foule, près de la ligne d'arrivée de la célèbre course à laquelle participaient des milliers de coureurs.

Les Etats-Unis ont requis la peine de mort pour Djokhar Tsarnaev, âgé à l'époque de 19 ans, pour son rôle dans les explosions. Son frère, Tamerlan, 26 ans, le plus radical des deux, avait été tué lors d'une course poursuite avec la police trois jours après l'attentat. Les deux frères étaient musulmans d'origine tchétchène.

Le rapport encore confidentiel d'un inspecteur général du renseignement américain affirme que le FBI n'était pas en mesure de déjouer l'attentat d'après les informations qu'il détenait à l'époque des faits, rapporte le quotidien dans son édition de jeudi. Ce rapport doit être remis jeudi à des membres du Congrès.

Les Russes avaient informé la police fédérale dès 2011 que Tamerlan "était devenu un adepte de l'Islam radical et un grand croyant". Ils avaient également fait savoir au FBI que ce dernier "avait radicalement changé en 2010 au moment où il se préparait à quitter les Etats-Unis pour rejoindre des groupes clandestins non spécifiés".

Mais par la suite, avance le quotidien, les Russes ont décliné plusieurs demandes d'agents du FBI de Boston.

Le rapport de l'inspection général précise que ce n'est qu'après l'attentat que les Russes ont partagé toutes les informations qu'ils détenaient sur Tamerlan Tsarnaev, notamment une conversation téléphonique que le jeune homme avait eu avec sa mère au sujet du djihad, détaille le quotidien.

Le FBI a "découvert que les Russes ne leur avaient pas transmis toutes les informations qu'ils avaient à l'époque sur lui", et "au regard de ce que le FBI avait entre les mains, la police fédérale a fait tout ce qui était en son pouvoir", affirme un responsable américain cité par le New York Times.

Le procès de Djokhar Tsarnaev a été fixé au 3 novembre.

L'ancien étudiant naturalisé américain en 2012 est inculpé notamment d'utilisation d'arme de destruction massive ayant entraîné la mort, d'attentat dans un espace public et d'utilisation d'une arme à feu, et risque la peine de mort pour 17 des 30 chefs d'inculpation retenus contre lui.

pst-rap/jca

PLUS:hp