NOUVELLES

Allemagne: Aung San Suu Kyi espère que la Birmanie surmontera ses divisions

10/04/2014 11:57 EDT | Actualisé 10/06/2014 05:12 EDT

L'opposante birmane et prix Nobel de la paix Aung San Suu Kyi a exprimé le souhait que son pays surmonte ses division et ses tensions ethniques, lors d'une visite à Berlin, jeudi.

Reçue en tête à tête par la chancelière Angela Merkel, Suu Kyi, 68 ans, a estimé que la Birmanie avait "besoin du soutien de tous les pays qui croient en la démocratie", pour réussir sa transition démocratique et sortir de son régime de dictature militaire.

"Pour moi, Berlin n'est pas que le symbole d'un développement réussi, mais aussi celui d'une négociation politique réussie, une réussite en terme d'unification politique", a déclaré la députée birmane, qui envisage de se présenter aux élections présidentielles de l'année prochaine.

"La Birmanie est une union, et nous aimerions que ce soit une union réellement démocratique", où il serait possible pour "notre peuple de dépasser les différences qui existent entre nos concitoyens et devenir une nation qui assure la sécurité, la liberté et l'espoir pour tout ceux qui y vivent", a-t-elle poursuivi.

Le sud-ouest de la Birmanie est le siège d'affrontements sanglants entre bouddhistes et musulmans qui ont fait 250 morts et plus de 140.000 déplacés depuis 2012.

Critiqué par la communauté internationale, le gouvernement birman a promis mercredi de protéger les groupes humanitaires attaqués dans cette région par des bouddhistes nationalistes de la minorité rakhine fin mars.

Les rakhines reprochent aux ONG étrangères et à l'ONU de favoriser les musulmans de la minorité apatride des Rohingyas.

De son côté, Angela Merkel a loué l'action d'Aung San Suu Kyi et offert l'aide de l'Allemagne pour que la Birmanie trace "son chemin vers un avenir meilleur".

Elle a rappelé "le temps incroyable" que Suu Kyi a passé assignée à résidence "sans abandonner ses idéaux et ses convictions".

"Je suis évidemment ravie que Aung San Suu Kyi ait décidé de jouer un rôle politique majeur dans la transformation de son pays, malgré cette période difficile", a commenté la chancelière.

Suu Kyi avait été libérée en 2010 après avoir été maintenue enfermée pendant 15 ans par la junte militaire au pouvoir depuis un demi-siècle en Birmanie.

Depuis qu'elle n'est plus en résidence surveillée, Suu Kyi mène une politique pragmatique de dialogue avec le président réformateur Thein Sein, lui-même un ancien général.

Suu Kyi avait été reçue plus tôt par le président de la république Joachim Gauck, et a également rencontré le ministre allemand des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier. Elle doit se rendre en France en fin de semaine.

dlc-hap/fjb

PLUS:hp