NOUVELLES

Les autorités du Somaliland font fermer un troisième journal indépendant (ONG)

09/04/2014 05:32 EDT | Actualisé 09/06/2014 05:12 EDT

Les autorités de la région autoproclamée indépendante du Somaliland (nord de la Somalie) ont fait fermer les locaux d'un quotidien indépendant et interdit sa parution, ont annoncé mercredi deux ONG de défense du droit de la presse.

Selon Reporters sans Frontières (RSF, basé à Paris) et le Comité de protection des Journalistes (CPJ, basé à New York), c'est le troisième média indépendant fermé par les autorités depuis la mi-décembre.

Selon RSF, qui cite le rédacteur en chef du quotidien en langue somali Haatuf, Ahmed Ali Egge, des policiers armés ont envahi les locaux lundi, "forçant les journalistes à fuir leur bureau".

"La police a dit avoir reçu comme consigne de fermer le journal sur ordre de la cour régionale d'Hargeisa (capitale du Somaliland) pour publication d'informations fausses et malveillantes concernant des autorités locales, alors que les dirigeants du journal ignoraient tout d'une procédure en cours", poursuit RSF.

Le CPJ a lui aussi dénoncé la fermeture de force de Haatuf et de son hebdomadaire-frère en anglais Somaliland Times par la police, citant les mêmes motifs. Les deux ONG lient cette fermeture à une série d'articles publiés par Haatuf et accusant nommément deux importants ministres de malversations et de corruption.

"Si les autorités de la région se sentent diffamées par le contenu d'un journal, la moindre des choses est de respecter un minimum de procédure judiciaire et non de lancer un assaut policier contre une salle de rédaction", a souligné RSF.

En février, la télévision Universal TV, basée au Royaume-Uni a été interdite de diffusion au Somaliland, après s'être moqué du président Ahmed Mohamed Silanyo dans une émission comique, et en décembre, le journal Hubaal avait été fermé et deux de ses journalistes arrêtés après avoir vu ses locaux eux aussi envahis par la police, rappellent les deux ONG.

Selon RSF, "entre les 3 décembre 2013 et 3 janvier 2014, au moins onze journalistes ont été arrêtés arbitrairement par les autorités du Somaliland".

En janvier 2011, un journaliste du Somaliland avait été condamné à trois ans de prison pour diffamation et "diffusion de fausses informations" sur de hauts responsables.

ayv/hv/aub

PLUS:hp