NOUVELLES

Le pétrole en baisse en Asie (103,35 USD)

09/04/2014 11:34 EDT | Actualisé 09/06/2014 05:12 EDT

Les cours du pétrole s'affichaient en repli jeudi en Asie, les investisseurs se montrant prudents quant à la situation en Libye où les négociations se poursuivent entre les autorités et les autonomistes pour le déblocage de ports d'exportation.

Le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en mai perdait 25 cents à 103,35 dollars tandis que le baril de Brent de la mer du Nord à même échéance glissait de 26 cents, à 107,72 dollars.

Les ports de l'est libyen sont bloqués depuis juillet par des autonomistes membres des gardes des installations pétrolières, empêchant toute exportation de brut et provoquant une chute de la production à 250.000 barils par jour, voire moins, contre près de 1,5 million b/j en temps normal.

L'armée libyenne a annoncé mercredi avoir pris le contrôle de deux ports, d'une capacité totale d'exportation de 210.000 barils par jour, même si les exportations ne devraient pas reprendre immédiatement.

Les deux parties se sont par ailleurs accordé un délai de deux à quatre semaines pour trouver un accord final permettant la levée du blocage des deux autres ports: Ras Lanouf (200.000 b/j) et al-Sedra (350.000 b/j).

"Les délais dans la reprise des approvisionnements pétroliers en provenance de Libye contribuent à la pression à la hausse" sur les prix du pétrole, note Sanjeev Gupta de la société de conseil en énergie EY, alors que des prises de bénéfices expliquent le repli des cours ce jeudi après les nets gains de la veille.

Les cours étaient également soutenus par l'annonce mercredi d'une diminution des stocks d'essence aux Etats-Unis la semaine dernière de 5,2 millions de barils, soit bien plus que la baisse de 700.000 barils escomptée par les spécialistes.

Parallèlement, la demande d'essence sur les quatre semaines allant jusqu'au 4 avril a progressé de 4,4%.

Cette information a relégué au second plan l'annonce d'une hausse quatre fois plus forte que prévu, de 4 millions de barils, des réserves de brut dans l'ensemble du pays.

Mercredi, le baril de "light sweet crude" avait grimpé de 1,04 dollar à 103,60 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), terminant à son plus haut niveau depuis le 3 mars. A Londres, le Brent avait terminé à 107,98 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE), en hausse de 31 cents.

bjp/dan/gab/ob

PLUS:hp