NOUVELLES

Eolien: le secteur prévoit un net redémarrage en 2014

09/04/2014 12:27 EDT | Actualisé 09/06/2014 05:12 EDT

Les installations mondiales d'éoliennes devraient redémarrer nettement en 2014 après avoir reculé pour la première fois l'an passé, a estimé mercredi le Conseil mondial de l'énergie éolienne (GWEC).

Cette année, les raccordements de nouvelles éoliennes devraient être supérieures à 47 gigawatts, contre 35,5 GW en 2013, soit une hausse de plus d'un tiers, a pronostiqué la fédération du secteur dans un communiqué.

Cette prévision améliore également une première évaluation faite en février, le GWEC tablant à l'époque sur 45,2 GW.

"Le marché mondial (de l'éolien) rentre dans l'ordre en 2014", a commenté son secrétaire général Steve Sawyer, cité dans le communiqué.

"Le marché sera mené par la Chine (qui a déjà représenté 45% du marché en 2013), mais avec une forte reprise sur le marché américain, et des installations records au Canada et au Brésil. Et des centaines de mégawatts en Afrique du Sud", un nouveau gros marché, note-t-il.

Pour la suite, le GWEC s'attend à une croissance "régulière mais peu spectaculaire" d'ici 2018, où les capacités installées devraient tout de même être deux fois plus élevées qu'en 2013. Après une croissance de 34% des installations, la progression devrait retomber autour de 8-10% dans les trois années suivantes.

Le GWEC a ainsi appelé à davantage d'action pour lutter contre le réchauffement climatique pour tirer cette croissance vers le haut.

Derrière les grands barrages hydroélectriques, l'éolien terrestre est l'énergie renouvelable la plus compétitive, ce qui a tiré sa croissance ces dernières années, malgré un millésime 2013 médiocre.

Le parc installé a atteint fin 2013 quelque 318 gigawatts de capacités de production, cinq ans seulement après avoir dépassé les 100 GW. Selon le GWEC, l'éolien mondial devrait compter 365 GW fin 2014, 416 fin 2015 et flirter avec les 600 GW fin 2018.

A titre de comparaison, le parc nucléaire mondial était de 369 GW en 2011 selon l'Agence internationale de l'énergie. Mais le taux de fonctionnement des centrales nucléaires est bien plus élevé que celui des éoliennes.

Les grands industriels du secteur éolien sont le danois Vestas, l'américain General Electric, les allemands Siemens et Enercon, le chinois Xinjiang Goldwind ou encore l'indien Suzlon (qui comprend désormais l'allemand RePower).

map/fpo/ei

PLUS:hp