NOUVELLES

Lise Thibault fuyait les limites de Québec pour bénéficier de remboursements, dit un policier

09/04/2014 08:37 EDT | Actualisé 09/06/2014 05:12 EDT
CP

Le procès criminel pour fraude et abus de confiance de l'ex-lieutenante-gouverneure Lise Thibault s'est ouvert mercredi avec le dépôt de la volumineuse preuve de la Couronne. Une clé USB comprenant 70 000 pages de documents a été remise au juge.

Deux enquêteurs des crimes économiques de la Sûreté du Québec, Serge Lachance et Robert Anctil, ont été les premiers témoins appelés à la barre.

Les enquêteurs ont noté de nombreuses dépenses privées faites par Lise Thibault alors qu'elle n'avait pas d'activités officielles. Des soupers en famille à la cabane à sucre et des voyages de pêche avec son garde du corps ont notamment attiré l'attention des enquêteurs.

La femme de 75 ans a écouté attentivement leurs témoignages aux côtés de son accompagnateur Réal Cloutier. Ils ont tous les deux pris une grande quantité de notes.

Sortir de Québec pour faire rembourser ses dépenses

L'ex-lieutenant-gouverneure fuyait les frontières de la ville de Québec pour pouvoir se faire rembourser ses dépenses par le gouvernement fédéral, a soutenu Robert Anctil, enquêteur à la Sûreté du Québec. À son entrée en fonction en 1997, elle résidait à Québec au Château Frontenac, a-t-il indiqué. Puis, à partir des années 2000, Lise Thibault a élu domicile exclusivement à l'extérieur des limites de la ville, ce qui lui permettait de se faire rembourser des dépenses auprès du gouvernement fédéral. 

Lorsque des fusions municipales en 2002, elle a de nouveau changé de résidence afin de s'éloigner de la ville, a expliqué l'enquêteur Anctil. Mme Thibault empochait alors des allocations mensuelles de 4000 $ de résidence du gouvernement du Québec en plus de frais fixes de 800 $.

L'enquêteur a souligné que les repas au restaurant auraient également migré suite à la fusion des municipalités. La même manière de procéder a donc été observée. Ses prédécesseurs favorisaient également l'extérieur de Québec, a précisé l'enquêteur.

Une enquête qui fait des vagues

L'enquête sur les dépenses de Lise Thibault s'est amorcée en 2007, à la suite de la publication d'un rapport des vérificateurs généraux révélant des dépenses injustifiées de 700 000 $ du cabinet de Lise Thibault. Ce rapport avait offusqué la population.

Au cours de son témoignage, l'enquêteur Robert Anctil a mentionné que la Sûreté du Québec a reçu pas moins de 80 plaintes de la part de citoyens après sa publication.

Six policiers et une experte-comptable ont participé à l'enquête, baptisée Projet Doyen, qui a mené à la mise en accusation de Lise Thibault à l'automne 2009 au terme de 20 mois d'enquête. Lise Thibault a occupé les fonctions de lieutenante-gouverneure pendant 10 ans de 1997 à 2007.

Le gouvernement du Québec a aussi intenté une poursuite civile à l'endroit de Lise Thibault pour lui réclamer 92 000 $ pour des dépenses jugées injustifiées. La date du procès civil n'a pas été fixée.

Pour consulter le tableau sur votre appareil mobile, cliquez ici.

INOLTRE SU HUFFPOST

LES RÉACTIONS SUR TWITTER