NOUVELLES

USA: quatre ans après la marée noire de BP, la faune toujours affectée (rapport)

08/04/2014 03:46 EDT | Actualisé 08/06/2014 05:12 EDT

Près de quatre ans après l'explosion de la plate-forme pétrolière Deepwater Horizon, exploitée par BP dans le Golfe du Mexique, la faune continue à souffrir de la marée noire, les dauphins, les tortues et les thons paraissant particulièrement affectés.

"Quatre ans après, la faune dans le Golfe ressent encore les effets de la marée noire", a souligné Doug Inkley, un responsable scientifique de la grande organisation écologiste américaine "National Wildlife Federation" dans un rapport mardi.

"Les grands dauphins qui se trouvent dans les zones de la marée noire sont encore malades et meurent. Et il y a davantage d'indications que ces maladies et morts sont liées à Deepwater Horizon", a-t-il affirmé.

"La science nous dit que l'impact de ce désastre est loin d'être fini et quoi que disent BP ou d'autres, le pétrole n'a pas disparu", a avancé encore cet écologiste.

"Il y a encore du pétrole sur les fonds du Golfe, du pétrole qui s'échoue sur les plages et qui se trouve toujours dans les marécages. Je ne suis pas surpris", a poursuivi Doug Inkley, soulignant que 25 ans après l'accident de l'Exxon Valdez en Alaska, des espèces marines comme les orques n'ont pas totalement récupéré des effets de cette marée noire.

Outre l'impact sur les grands dauphins, M. Inkley a aussi mentionné l'échouage chaque année depuis trois ans de quelque 500 tortues de mer visiblement affectées par cette pollution, une très forte augmentation par rapport à la normale.

"La tortue de Kemp a longtemps été l'emblème de la restauration d'une espèce animale dans le Golfe du Mexique", a de son côté souligné Pamela Plotkin, professeur d'océanographie à l'Université du Texas A&M.

"Proche de l'extinction, ces tortues ont fait un retour spectaculaire ces trente dernières années mais depuis quatre ans leur population stagne", a-t-elle dit, insistant sur la nécessité de surveiller de près cette espèce.

Le rapport mentionne également une substance chimique dans le brut de la marée noire de BP qui provoque des irrégularités cardiaques chez les thons rouges et les thons albacore. Il cite aussi les effets sur certains oiseaux marins.

Enfin, les auteurs signalent que le sperme de baleines du Golfe du Mexique ont de plus fortes teneurs, que partout ailleurs dans le monde, de métaux provenant du puits de pétrole de BP. Ces métaux peuvent affecter leur ADN, précisent-ils.

Une recherche par des biologistes de l'Agence océanique et atmosphérique américaine (NOAA) publiée fin 2013 avait déjà montré l'impact désastreux de la marée noire sur les grands dauphins au large de la Louisiane, mais BP avait nié toute relation de cause à effet entre la marée noire et les symptômes observés chez ces mammifères.

L'explosion en avril 2010 de la plateforme pétrolière Deepwater Horizon avait entraîné le déversement de 4,9 millions de barils de brut dans les eaux du Golfe du Mexique, la plus grande marée noire de l'histoire des Etats-Unis.

js/bdx

PLUS:hp