NOUVELLES

Une majorité de Brésiliens voient dans le Mondial plus d'inconvénients que d'avantages

08/04/2014 09:57 EDT | Actualisé 08/06/2014 05:12 EDT

Une petite majorité de Brésiliens (55%) estiment que la Coupe du monde (12 juin-13 juillet) à domicile apportera de manière générale plus d'inconvénients que d'avantages, selon un sondage publié mardi par le quotidien Folha de Sao Paulo.

Parmi les sondés, 36% pensent au contraire qu'il y aura plus d'avantages.

Les proportions sont équivalentes quant aux effets du tournoi sur les sondés eux-mêmes: 49% penchent pour les inconvénients, 44% pour les avantages, et 20% sont sans opinion.

Les courbes se sont croisées depuis l'enquête précédente réalisée fin juin 2013, en pleines manifestations massives durant la Coupe des Confédérations: 48% des Brésiliens voyaient plus d'avantages dans la Coupe du monde de manière générale (contre 44%). Pour leur cas personnel, il étaient 44% contre 41%.

"Même maintenant, en dehors du climat de protestation, cette critique de la réalisation du Mondial a crû, estime Mauro Paulino, le directeur général de l'institut de sondages Datafolha. C'est un résultat important, puisqu'auparavant, les gens étaient plus partagés".

Les sondés sont toutefois plus nombreux à être en faveur de la réalisation de la Coupe du monde au Brésil (48%) que contre (41%). Les proportions en février 2014 étaient respectivement de 52% et 38%.

Un précédent sondage publié le 24 mars faisait état de ce scepticisme croissant, avec une majorité de Brésiliens (54%) s'attendant à ce que le tournoi organisé à domicile soit de manière générale "moyen", "mauvais" ou "très mauvais".

Pour autant, 82% des personnes interrogées avaient l'intention de suivre la compétition, une proportion déjà constatée pour les éditions précédentes en Allemagne (2006) et en Afrique du Sud (2010) lors d'enquêtes réalisées à la même période de l'année.

Un autre sondage publié le 24 février avait fait état d'une courte majorité de Brésiliens (52%) favorables aux manifestations, soit la plus faible proportion depuis la fronde sociale qui avait secoué le pays en juin 2013. 32% seulement se disaient favorables aux manifestations durant le Mondial.

Le pays avait été secoué par une fronde sociale historique lors de la Coupe des Confédérations, marquée par des affrontements violents, pour protester contre la hausse du prix des transports puis pour réclamer l'amélioration des services publics, la fin de la corruption en politique et enfin pour dénoncer la colossale facture du Mondial.

Depuis, les manifestations ont continué avec une fréquence en baisse mais se sont radicalisées, dégénérant quasi systématiquement en actes de vandalisme perpétrés par des militants radicaux. Un caméraman avait trouvé la mort lors d'une manifestation le 10 février à Rio de Janeiro, touché à la tête par un feu d'artifice.

ybl/ag/chc

PLUS:hp