NOUVELLES

Plaidoyer des maires en faveur des exécutifs locaux au Forum urbain mondial

08/04/2014 04:15 EDT | Actualisé 08/06/2014 05:12 EDT

Les maires des grandes villes ont plaidé mardi en faveur d'une plus grande participation des exécutifs locaux aux décisions de l'Etat, à l'occasion du Forum urbain mondial des Nations Unies, organisé à Medellin en Colombie.

"Les gouvernements locaux, qui représentent 50% de la population mondiale, doivent être présents en permanence dans la structure du pouvoir global", a lancé Anibal Gaviria, premier magistrat de la ville hôte, appelant le Forum à prendre des engagements en la matière.

"Hélas ! en de nombreuses occasions, on ne fait pas attention à nous, qui sommes des acteurs clés du développement économique", a renchéri le maire de Barcelone (Espagne), rappelant que la crise économique mondiale entraînait de "nouveaux types de misère et d'exclusion".

Selon des chiffres de l'ONU, quelque 3,4 milliards de personnes vivent dans des villes, dont un milliard dans des quartiers pauvres.

Devant une assemblée des maires inaugurée pendant le Forum, M. Gaviria a souligné que les villes avaient démontré leur capacité à être "une source de richesse, mais pas d'équité".

De son côté, la maire de Santiago, capitale du Chili, Carolina Toha, s'est alarmée de la tendance à isoler les logements sociaux à la périphérie des villes.

La 7e édition du Forum urbain mondial, qui a lieu tous les deux ans, se déroulera jusqu'à vendredi sous le thème de l'"équité urbaine" à Medellin, où sont attendus 50 ministres et pas moins de 500 maires.

Quelque 130 pays sont représentés au total à travers une centaine d'exposants dans la capitale de la région d'Antioquia, choisie par l'ONU en raison de sa métamorphose, notamment grâce à sa politique de développement des transports urbains.

Ancien fief des cartels de cocaïne dans les années 80-90, la deuxième ville colombienne a vu le nombre des crimes qui y sont perpétrés divisé par dix en vingt ans, selon les autorités locales.

an/lda/bds

PLUS:hp