NOUVELLES

« Le vote stratégique » responsable du recul de la CAQ à Québec, selon Gérard Deltell

08/04/2014 02:03 EDT | Actualisé 07/06/2014 05:12 EDT

La perte de quatre circonscriptions de la Coalition avenir Québec (CAQ) au profit des libéraux dans la région de la Capitale-Nationale est une conséquence d'un vote stratégique de la part des électeurs, croit Gérard Deltell.

Le député de Chauveau, qui a obtenu la plus forte avance pour la CAQ dans la région avec 9739 voix de majorité, croit que les électeurs ont été influencés par la crainte d'un référendum.

« Ici à Québec particulièrement, les gens ce qu'ils souhaitaient c'était d'enlever complètement le pouvoir au Parti québécois et les électeurs de façon majoritaire ont confié leur vote au parti libéral, explique Gérard Deltell. Les libéraux ont gagné : félicitations! mais il faut qu'ils soient conscients aussi que ce vote-là c'est beaucoup un vote par défaut. »

Le député réélu dans Lévis, Christian Dubé, partage aussi cette vision des choses. La « campagne de peur » des libéraux explique ce recul de même que l'incapacité de la CAQ à passer son message sur l'importance de réduire le nombre de postes dans la fonction publique. Le député affirme que le projet a été mal compris; qu'il ne s'agissait pas de compressions, mais de procéder par attrition.

Les libéraux ont déformé le message, mentionne Christian Dubé. « Ça s'est joué beaucoup sur la peur. Moi, je me souviens de faussetés qui ont été véhiculées par le Parti libéral au cours de la campagne. C'est un parti dont on voulait se débarrasser il y a deux ans et qu'on réélit en lui donnant totalement les clés. On va voir ce qu'ils nous ont promis, versus, ce qu'ils vont être capables de livrer dans les prochains mois », a dit Christian Dubé.

Les deux députés élus de la CAQ croient maintenant que leur parti aura comme mandat principal de développer une alternative crédible au Parti libéral du Québec.

« Le Parti québécois a perdu beaucoup de son lustre, affirme Gérard Deltell. Ça va être dur pour eux de s'en remettre et nous, on a quatre ans avec une équipe de parlementaires chevronnés et des nouveaux élus pour créer cette deuxième opposition. À notre point de vue, ce doit être la CAQ la véritable opposition », a résumé le député de Chauveau.

Malgré les pertes dans la région de Québec, Christian Dubé croit pour sa part que l'ajout de trois nouveaux députés est de bon augure. « Malheureusement, on a perdu quelques députés dans la région, mais la bonne nouvelle c'est qu'on s'est renforci beaucoup dans le Centre-du-Québec et dans Montréal. Alors, je pense qu'on va être capable d'être une opposition constructive et forte », a conclu Christian Dubé.

La CAQ est passée de neuf à cinq circonscriptions dans la région de la Capitale-Nationale. Le parti de François Legault a réussi à faire élire 22 députés au Québec en obtenant 23,16 % des suffrages.

PLUS:rc