NOUVELLES

Colombie : bilan revu à trois morts dans une attaque attribuée aux Farc

08/04/2014 05:22 EDT | Actualisé 08/06/2014 05:12 EDT

L'attaque d'un convoi judiciaire dans le sud-ouest de la Colombie s'est soldée par la mort de deux policiers et d'un civil, selon un bilan revu à la baisse par les autorités, qui en ont rendu responsable la guérilla des Farc, en pleines négociations de paix.

L'attaque s'est produite tôt dans la matinée dans la province de Caqueta, un des fiefs des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), pendant que les policiers étaient en train de transférer le civil, soupçonné de trafic de drogue, vers un tribunal.

Abattues par les tirs des assaillants, les victimes ont reçu un coup de grâce , a précisé le colonel Jose Elias Baquero, commandant de la police du Caqueta.

Initialement, le ministre de la Défense Juan Manuel Pinzon avait indiqué que trois policiers avaient été tués, avant de revenir sur ce bilan. Un des policiers, porté disparu après l'embuscade, a été retrouvé blessé et évacué vers un hôpital.

"Une fois de plus, les narco-terroristes des Farc montrent leur vraie nature", a réagi M. Pinzon dans un message posté sur son compte Twitter.

Fondée il y a près d'un demi-siècle à l'issue d'une révolte paysanne, la guérilla des Farc, la plus ancienne d'Amérique latine, mène depuis novembre 2012 des pourparlers de paix avec des représentants du gouvernement de Juan Manuel Santos.

Délocalisées à Cuba, pays garant du processus, ces discussions se déroulent en l'absence d'un cessez-le-feu sur le terrain en Colombie, une option écartée par le président Santos avant l'obtention d'un accord final.

De la localité de Medellin, où se déroule le Forum urbain mondial de l'ONU, le chef de l'Etat a dénoncé "les vils assassinats, fruits de cette guerre insensée que nous nous employons à terminer". "L'offensive se maintient, l'offensive se renforce", a-t-il ajouté.

pcp-lda/pz/bds

PLUS:hp