NOUVELLES

Cisjordanie: huit blessés dans des heurts entre colons et armée israélienne

08/04/2014 09:13 EDT | Actualisé 08/06/2014 05:12 EDT

De violents heurts entre soldats israéliens et colons juifs ont fait huit blessés lors du démantèlement dans la nuit de lundi à mardi de constructions non autorisées dans la colonie de Yitzhar, dans le nord de la Cisjordanie occupée, a annoncé la police.

A la suite de la démolition par l'armée et la police israéliennes de "cinq constructions illégales à Yitzhar, plusieurs dizaines de colons ont commencé à leur lancer des pierres, et six gardes-frontières ont été blessés", a indiqué à l'AFP Louba Samri, une porte-parole de la police.

"Nous ne laisserons personne lever la main sur nos hommes", a réagi le ministre de la Défense Moshé Yaalon, sur la radio militaire.

Ces constructions avaient été érigées sans autorisation par les habitants de Yitzhar, une colonie réputée pour être un bastion de la droite radicale, et leur démolition, déjà prévue, a simplement été avancée, a expliqué la radio militaire.

"Il s'agit d'une punition collective contre les habitants de Yitzhar, pour les actions des militants du +Prix à payer+", a dénoncé le porte-parole de la colonie sur les ondes de la radio.

Dimanche, la voiture d'un officier supérieur israélien a été vandalisée dans le secteur de Yitzhar. Un suspect, habitant de la colonie, a été arrêté dans la nuit de dimanche à lundi et placé en garde a vue, a précisé la radio.

Selon Yesh Din, une organisation israélienne de défense des droits de la population palestinienne sous occupation, "depuis des années les forces de sécurité israéliennes ignorent les violations flagrantes de la loi et les actes de violence contre les Palestiniens aux environs de la colonie de Yitzhar".

"Il n'est donc pas surprenant que le +monstre+ créé de leurs propres mains ait échappé à leur contrôle et se soit mis à les attaquer", estime Yesh Din dans un communiqué.

Sous l'appellation du "Prix à payer", des colons extrémistes ainsi que des activistes d'extrême droite se livrent à des agressions contre des Palestiniens, des Arabes israéliens ou encore l'armée israélienne, en réaction à des décisions gouvernementales qu'ils jugent hostiles à leurs intérêts ou à des actes attribués à des Palestiniens.

Les auteurs de ces actes sont en général des jeunes nationalistes-religieux - appelés "jeunes des collines" - vivant dans des implantations créées sans l'aval des autorités israéliennes.

Leurs exactions sont régulièrement dénoncées par les autorités, mais ils sont rarement appréhendés, et encore moins condamnés.

Quelque 350.000 colons juifs vivent dans les implantations de Cisjordanie, considérées comme illégales par la communauté internationale, qu'elles aient été ou non autorisées par le gouvernement israélien.

dar/sst/cbo

PLUS:hp